N°4 Juillet-Août 2003 Comprendre Techniques et instruments

N°4 Juillet-Août 2003
Photo Michel Peyro
Comprendre
Initiation à l’imagerie numérique - 3ème partie
Périodicité des occultations
Dérive des étoiles dans un instrument équatorial
Le monde des astéroïdes : petit survol historique
Observations et images
Imagerie solaire à l’observatoire de Meudon
Premiers pas avec une webcam
Mon premier dessin de Mars
Un pont sur la Lune
CROA : l’amas ouvert NGC 6834
Réaliser une mosaïque en ciel profond
Techniques et instruments
Le réglage d’un télescope, de A à Z (4ème partie)
Test comparatif AP130, FS128 et Keppler 150
Améliorer l’éclairage du viseur polaire d’une G11
Rubriques
Le coin des poètes
La galerie photo
Le ciel du bimestre
Les éphémérides
Balade lunaire : Platon
La vie des clubs et des associations
Lire et relire
4
Editorial
Astrosurf-Magazine
18, Chemin des Ajoncs
31470 Saint-Lys
Tél. : 05.34.47.10.20
E-mail : [email protected]
Web : magazine.astrosurf.com
Bulletin d’abonnement : page 11
Les lecteurs d’Astrosurf Magazine pourraient s’étonner de l’absence des
rubriques dédiées au courrier des lecteurs et aux petites annonces de vente
de matériel astronomique. La spécificité d’Astrosurf Magazine, revue née
d’un site internet, explique cette absence : nos lecteurs peuvent s’exprimer
sur le site à longueur de forums, et l’instantanéité de l’internet rend obsolète la transcription sur papier des petites annonces.
A vous lire…sur www.astrosurf.com !
Directeur de Publication :
Jean-Philippe CAZARD
E-mail : [email protected]
Rédacteur en Chef :
Jean-Philippe CAZARD
E-mail : [email protected]
Astrosurf-Magazine est édité par
AXILONE, Sarl au capital de 7610 Euros
18, Chemin des Ajoncs
31470 Saint-Lys
RCS Toulouse 419 630 488
Dépôt légal à la date de parution
Numéro de commission paritaire en
cours d’attribution
En couverture :
M65 avec une caméra CCD ST7E
Télescope de 600mm à F/D 3,3
Photo Michel Peyro
www.astrosurf.com/peyro
La rédaction
Sommaire
Fabrice Morat
Page 5
Réglage d’un télescope de A à Z - 3ème partie
Daniel Palazy
Page 11
Dérive des étoiles dans un instrument équatorial
Jean-Claude Durand
Page 18
Améliorer l’éclairage du viseur polaire d’une G11
Fabrice Morat
Page 19
Test comparatif : AP130, FS128 et Keppler 150
Fabrice Morat
Initiation à l’imagerie numérique (3)
Page 22
Jean-Philippe Cazard
Annonceurs :
Optique Perret page 2, Inaco page 24,
Astrotélescope p37, Médas page 56,
Optique et Vision page 56, Galiléo page
64
Page 25
Ont collaboré à la réalisation de ce numéro :
Eric Maire, Fabrice Morat, Daniel
Palazy, Jean Schwaenen, Eric Tinlot,
Marc Rieugnié, Jean-Paul Longchamp,
Pierre-Marie Meshaka, Georges
Bouderand, Robert Cazard, Jérôme
Rudelle, Janine Rudelle, Marie Bignone,
Michel Peyro, Patrick Lécureuil, Régis
Le Cocguen, Vincent Cotrez, Pierre
Jacquet, Erik Seinandre, Christian Sanchez, Jean-Claude Durand, Michel
Peyro, Sylvain Hermant, Pascal
Chauvet, Thierry Clavel, Sébastien
Brouillard, Sylvain Rivaud, Yann
Duchemin, Gérard Faure, Régis Le
Cocguen, Cyril Cavadore, Pierre-Olivier Pujat, Serge Bertorello.
Page 30
Photogravure :
TEC Photogravure
14, Allées F. Verdier
31000 Toulouse
Page 50
Impression :
Imprimerie Lecha
51, rue du Pech
31100 Toulouse
Lire et relire
Page 4
Premiers pas avec une webcam
Jean-Philippe Cazard
Mon premier dessin de Mars
Page 29
Eric Maire
La galerie photo
Collectif
Périodicité des occultations
Page 38
Jean Schwaenen
Page 40
Le monde des astéroïdes : survol historique
Gérard Faure
Page 42
Imagerie solaire à l’observatoire de Meudon
Régis Le Cocguen
CROA : l’amas ouvert NGC6834
Page 44
Pascale Maciejewski, Jean-Louis Badin, Jean-Philippe Cazard
Balade lunaire : Platon
Page 46
Pierre-Olivier Pujat
Un pont sur la Lune
Page 48
Jean Schwaenen
Réalisation d’une mosaïque du ciel profond
Vincent Cotrez
La vie des clubs et des associations
Page 52
Georges Bouderand
Le ciel du bimestre
Page 54
Erick Seinandre
Ephémérides
Page 56
Jean Schwaenen, Eric Tinlot, Marc Rieugnié, IMCCE
3
Lire et relire
Fabrice Morat
Deep Sky Field Guide to Uranometria 2000.0, vol. 3 - Cragin & Bonanno
Editions Willmann-Bell - 2ème édition octobre 2001 - 545 pages - 60$
Le Deep Sky Field Guide (DSFG) nouveau est disponible depuis
plusieurs mois. Influencé par la publicité détaillée et élogieuse
de Willmann-Bell, j’ai osé le commander dès sa parution. Dans
un premier temps, j’aborderai le contenu du livre, puis
j’essaierai d’apporter des éléments de réponse à la question
que certains d’entre vous se posent : «Je possède déjà l’ancien
volume DSFG (couverture grise), la nouvelle édition vautelle la peine d’être achetée ?».
Le DSFG est un important catalogue d’objets non stellaires
comprenant 220 tables directement associées aux numéros
de carte des deux tomes URA (dernière édition). C’est le
troisième et dernier volume de la collection. Mais rien ne
vous empêche de l’employer seul. Pour ma part, je l’utilise
couplé à l’Atlas Millenium. Chaque table décrit les
caractéristiques par famille d’objet (si existante) toujours dans
le même ordre : 1. Galaxies, 2. Amas de galaxies, 3. Amas
ouverts, 4. Amas globulaires, 5. Nuages d’étoiles, 6.
Nébuleuses diffuses, 7. Nébuleuses obscures, 8. Nébuleuses
planétaires.
Les données sont fiables car vérifiées par comparaison
directe avec les très sérieux «DSS», «Atlas of Selected
Regions of the Milky Way» et «Atlas of Galactic Nebulae».
Même si, en cette matière, j’ai relevé quelques erreurs et je
ne puis que répéter les propos de Yann Pothier : «En ciel
profond, les données cataloguées ne sont pas sacro-saintes
et peuvent (doivent) être remises en cause, affinées,
confirmées ou corrigées».
Les auteurs insistent sur le fait que la substance de leur livre
constitue une véritable base de données et que par
conséquent, elle est constamment remise à jour par euxmêmes ou par le biais des utilisateurs comme le serait un
fichier informatique. En plus des caractéristiques habituelles,
des notes en marge sont fournies pour 23358 objets indiquant
principalement : le nom de baptême, une brève description
de la taille, la forme et l’éclat, la direction et la magnitude
visuelle des étoiles avoisinantes (à partir des catalogues GSC
et Tycho), ainsi que les particularités de l’objet.
J’engage vivement le possesseur d’une des éditions du DSFG
à bien digérer l’introduction même si l’ingestion doit se faire
en anglais : l’explication des paramètres observationnels
s’avère savoureuse pour l’astronome de terrain. Ainsi, vous
saurez bientôt si votre instrument peut résoudre
partiellement ou pas du tout tel amas globulaire. Vous
deviendrez vite expert en Brillance Surfacique (SB) d’une
galaxie en fonction de son type, de sa taille et de son éclat.
Vous apprendrez à juger si telle nébuleuse diffuse est plus ou
moins détectable en visuel grâce à son indice de luminosité
photographique (BC). Bref, le DSFG se révèle essentiel pour
préparer ses observations, bien davantage que certains
guides élémentaires du ciel profond entachés d’erreurs. En
fin d’ouvrage, figurent un index des objets Messier, une liste
alphabétique des noms de baptême, de la galaxie
d’Andromède au triplet de Zwicky (dans Hercule) et 53 pages
de nomenclature du bestiaire céleste ! soit tout ou presque
(malheureusement, les groupes de galaxies ARP et Hickson
répondent aux abonnés absents).
Afin de comparer les deux dernières éditions entre elles,
glissons nous à travers les huit familles d’objets référencés
ci-avant :
4
- C’est dans le monde des galaxies que l’avancée est la
plus probante. Si j’avais à faire deux seuls reproches au
tome «gris» (la première édition), ce serait que primo,
les auteurs ont conservé les erreurs glissées dans le
RNCG de Sulentic & Tifft (en omettant la plupart des
objets IC ils sont passés à coté de nombreuses galaxies
plus ou moins faibles) et secundo, toujours dans l’édition
de 1993, il règne une atmosphère plus ou moins confuse
autour des galaxies principales : les notes en marge
énumèrent pêle-mêle de très faibles galaxies (dites de
champ) situées bien trop loin de la principale (jusqu’à
30') et qui sortent logiquement du champ instrumental
d’un excellent T300 armé d’un grossissement d’au moins
200x pour pouvoir commencer à les discerner … et plus
grave, ces mêmes notes oublient complètement de situer
des galaxies NGC nettement plus brillantes parfois
localisées à moins de 10' de la principale. Ces deux points
négatifs ont été gommés dans la dernière édition même
s’il subsiste des manques en ce qui concerne les galaxies
très faibles (MCG, CGCG) figurant pourtant bien dans le
volume gris. En plus des 26000 galaxies décrites, les notes
mentionnent la direction et la distance d’environ 1000
galaxies encore plus faibles considérées comme un
challenge instrumental. A noter que la plupart des
galaxies décrites dans la récente édition ont subi une
cure d’amaigrissement : les dimensions apparentes sont
désormais légèrement inférieures et plus en conformité
avec l’aspect visuel. La brillance surfacique s’en trouve
donc augmentée.
- Les amas Abell de galaxies sont maintenant présents
avec mention du nombre de galaxies (nombre de RoodSastry) et de la Magnitude visuelle de la 10ème galaxie la
plus brillante de l’amas.
- Pour les amas ouverts, beaucoup plus nombreux, une
nouvelle caractéristique apparaît : le type d’amas (double
amas, association, astérisme, …).
- Aucun changement majeur n’est notable pour les amas
globulaires
- La nouvelle famille des nuages d’étoiles ne comporte
que quelques membres et reprend les paramètres
descriptifs des amas ouverts
- Aucune nouveauté qualitative n’est à noter concernant
les nébuleuses diffuses ou obscures
- Les nébuleuses planétaires voient leur description
littérale (d’après la classification de VorontsovVelyaminov) disparaître sans explication. Les auteurs
ont préféré se baser sur l’aspect d’après les plaques
Réglage d'un télescope de A à Z
Daniel Palazy
Avec ce 4ème article, essentiellement consacré à la collimation sur une étoile, cette série consacrée aux
réglages d'un télescope prend fin. Plusieurs annexes, en fin d'article, décrivent la réalisation d'accessoires fort utiles aux divers réglages d'un télescope.
Tests sur une étoile
Principe général
Selon le vieil adage populaire : " il n'y a que le résultat qui
compte ", les derniers réglages vont s'effectuer en vraie
grandeur, de nuit sur une étoile. Guidé par la façon dont
les aberrations déformeront l'image de l'étoile test
(défocalisée puis focalisée) à différents grossissements, on
fignolera les réglages le plus loin possible.
Ces opérations de précision nécessitent que les optiques
soient thermiquement stables. Une mise en température
préalable de l'instrument s'impose donc. Par ailleurs, la
turbulence atmosphérique aura tendance à perturber l'aspect des figures analysées sans que l'on y puisse malheureusement grand-chose (figure 55). Dans le même ordre
d'idée, on veillera à utiliser des oculaires de bonne qualité.
Par ailleurs, on aura intérêt à interposer un filtre jaune
ou vert correspondant à la bande passante de lumière la
plus sensible à l'œil afin d'améliorer le contraste des figures de diffraction.
Enfin, les opérations de collimation décrites ci-dessous
peuvent s'avérer fastidieuses si l'on ne dispose pas d'une
monture équatoriale motorisée (au moins en AD) et en
station. On peut malgré tout se tirer d'affaire en choisissant l'étoile polaire pour cible du test car celle-ci ne bouge
pas.
Figure 56: aspects de l'étoile fortement décollimatée.
A gauche l'étoile est défocalisée, à droite elle est
focalisée.
du secondaire (figure 56 à gauche).
On aperçoit au centre de ce disque un autre disque sombre, plus petit. Ce dernier correspond à l'ombre du secondaire. L'analyse de sa position permet d'orienter les réglages. Si l'ombre du secondaire n'est pas parfaitement
centrée dans le disque lumineux (figure 56 gauche) c'est
que la collimation n'est pas bonne. En focalisant sur
l'étoile, on s'aperçoit qu'elle présente une coma orientée
dans le même sens que l'excentrement du disque (figure
56 droite).
On agit donc sur les vis de réglage du primaire de façon à
voir se déplacer l'étoile dans le champ de l'oculaire dans
le sens de l'excentrement du disque (flèche sur l'image de
gauche de la figure 58).
Attention toutefois à ne pas agir trop brusquement sur
les vis au risque de faire sortir l'étoile du champ. On agit
donc délicatement sur la ou les vis de réglage du primaire
jusqu'à positionner le disque lumineux en bord de champ
(figure 58, image du milieu).
Il faut ensuite recentrer celui-ci parfaitement au milieu
du champ à l'aide des boutons de rattrapage en alpha et
delta de la raquette de commande (figure 58, image de
droite). En observant à nouveau l'aspect du disque lumineux, on doit noter une diminution de l'excentrement de
Réglage sur une étoile grossièrement défocalisée à faible
grossissement
Ce premier réglage ne s'impose en principe que pour les
instruments assez fortement déréglés. La collimation périodique du télescope devrait normalement dispenser
l'utilisateur de cette première étape. Si cela s'avère toutefois nécessaire, on procède de la façon suivante :
On installe tout d'abord un oculaire donnant un grossissement correspondant à environ une fois la valeur du
diamètre optique du primaire exprimée en mm (par exemple 300X pour un télescope de 300 mm de diamètre). On
pointe ensuite une étoile brillante dans la région du zénith (pour limiter les effets de la turbulence) que l'on place
et maintient parfaitement au centre du champ couvert
par l'oculaire. On défocalise ensuite assez fortement la
mise au point (en intra ou extrafocal) de manière à percevoir la forme d'un disque lumineux quasi uniforme avec
un disque sombre central qui n'est autre que la silhouette
Figure 5
7: aspects de l'ét
or
ocalisée lor
57
l'étoile
ortt ement déf
défocalisée
lorss
oile ffor
de la collimation (le champ représenté est nettement
inférieur à celui observé à l'oculaire)
Figure 55: figure d'Airy de plus en plus affectée par la turbulence
5
Figure 58: aspects observés à l'oculaire lors des
réglages de collimation
Figure 60: aspects de l'étoile légèrement défocalisée
lors de la collimation (le champ représenté est
nettement inférieur à celui observé à l'oculaire)
l'ombre du secondaire. Il faut réitérer cette opération
autant de fois que nécessaire jusqu'à ce que l'ombre du
secondaire se trouve parfaitement centrée dans le disque
lumineux (figure 58 droite).
Un piège doit toutefois être évité à ce stade : lorsque par
montage le miroir secondaire a été décalé dans le tube du
télescope, son ombre apparaîtra également décentrée dans
le disque lumineux d'une étoile défocalisée, même si la
focalisation est parfaite. Cet état de fait risque donc de
fausser les réglages. Pour pallier cet inconvénient, on utilisera le masque obstruant centré (voir annexe 2) qui produira quant à lui une ombre non décalée. Sans masque,
on peut également observer alternativement
l'excentrement de l'ombre du secondaire dans les positions intra et extrafocale. Le bon réglage sera atteint lorsque l'amplitude de l'excentrement sera identique en intra
et extrafocal et de sens opposé. Si une dissymétrie des
figures intra et extrafocales devait persister malgré l'absence de décalage du secondaire, cela révèlerait un défaut
de parallélisme de l'axe optique du primaire avec celui du
porte-oculaire. Il conviendrait alors de se reporter aux
paragraphes précédents afin de reprendre correctement
les réglages préliminaires.
l'excentrement des anneaux (voir figure 61 de gauche),
recentrage de la figure au milieu du champ, nouvelle analyse, et ainsi de suite (voir figure 61 au centre et à droite).
Réglage sur une étoile focalisée à fort grossissement
Pour ce dernier réglage, on utilise le même grossissement
que précédemment sur la même étoile. Par contre, l'image
sera cette fois-ci soigneusement focalisée afin de faire apparaître la figure d'Airy caractéristique. Par conditions
de turbulence sensible ou (et) d'utilisation d'un télescope
de grand diamètre, il peut s'avérer difficile voire impossible de faire apparaître cette figure et donc de mener à
bien cette phase ultime du réglage. Toutefois, lorsque cela
est possible, on analyse l'aspect de la figure d'Airy en
prennant soin de positionner l'étoile bien au centre du
champ.
Dans le cas d'une collimation parfaite, on distingue le faux
Réglage sur une étoile légèrement défocalisée à fort
grossissement
Dans cette phase du réglage, on visera une étoile moins
brillante que précédemment, toujours dans la région du
zénith. Le grossissement choisi sera cette fois-ci au minimum deux fois la valeur du diamètre optique du primaire
exprimée en mm. On défocalise ensuite légèrement l'oculaire jusqu'à faire apparaître au minimum quatre ou cinq
anneaux de diffraction concentriques et relativement contrastés avec un petit spot lumineux en leur centre (voir
figure 60).
L'exercice va consister, ici aussi, à analyser l'excentrement
des anneaux et du point lumineux. On pourra amplifier
ce phénomène et améliorer sa perception en alternant rapidement les positions intra et extrafocales. On procèdera
ensuite selon les mêmes principes que ceux décrits au paragraphe précédent : déplacement de la plage lumineuse
en bord de champ de l'oculaire dans le sens donné par
1
Figure 61: aspects observés à l'oculaire lors des
réglages de collimation
disque de l'étoile entouré d'un anneau uniforme et continu et éventuellement d'un deuxième anneau plus ténu
(figure 62-1). Dans la plupart des cas, on observera au
départ un des aspects décrits dans les figures 62-1 à 62-5
qui témoignent de niveaux de décollimation croissants.
On y décèle un premier anneau plus lumineux d'un côté
par rapport à l'autre (figure 62-2) ou même, dans les cas
plus graves, une interruption de celui-ci sur un côté et un
renforcement et une multiplication des anneaux du côté
opposé (figures 62-3 et 62-5). Ici aussi le réglage va consister à déplacer l'étoile dans le champ de l'oculaire dans le
2
3
4
Figure 62: aspects observés à l'oculaire d'une étoile parfaitement focalisé. De gauche à droite, l'étoile est de
plus en plus décollimatée.
6
5
Par ailleurs, l'objectif de précision que l'on doit atteindre
dans la collimation est directement lié au type d'observation que l'on souhaite réaliser :
1
2
- dans le cas de l'imagerie au foyer (CCD ou argentique),
les grossissements employés sont relativement faibles. Une collimation réalisée avec un simple oculaire développant un grossissement maximum de 0,5
à 1 fois la valeur du diamètre optique du primaire
exprimée en millimètres s'avère suffisante dans la
plupart des cas. On s'assurera malgré tout que la surface sensible de l'appareil imageur (film ou matrice
CCD) est parfaitement centrée sur l'axe du porte-oculaire (ou à défaut l'axe optique du primaire).
3
Figure 63: aspects observés à l'oculaire lors des
réglages de collimation
sens correspondant au renforcement des anneaux (flèche
sue la figure 63 - 1). L'étoile est ensuite recentrée dans le
champ à l'aide de la raquette puis analysée de nouveau.
L'opération sera réitérée autant de fois que nécessaire.
Précision de la collimation
En ce qui concerne la précision des réglages, il est tout
d'abord à noter qu'elle peut être modifiée chaque fois que
l'on change de combinaison optique. Ainsi, l'adjonction
d'une Barlow, d'un renvoi coudé ou d'un correcteur de
champ pourra plus ou moins dérégler la collimation préalablement effectuée sans ces accessoires.
Le cas le plus sensible est certainement celui de l'utilisation d'une Barlow : dans le cas où le porte-oculaire n'est
pas strictement aligné avec l'axe optique du primaire, on
peut toutefois réaliser une collimation à l'oculaire en faisant coïncider les foyers F1 et F2 du primaire et de l'oculaire (figure 64 à gauche). Si l'on intercale ensuite une Barlow (figure 64 à droite), le plan focal est repoussé et l'inclinaison du porte-oculaire va provoquer un écart entre le
foyer F1 du primaire et le foyer F2 de l'oculaire. La
collimation initiale devient ainsi obsolète et les images se
dégradent.
En cas d'utilisation d'une Barlow, on veillera donc à aligner au mieux l'axe du porte-oculaire sur l'axe optique.
Un porte-oculaire à embase réglable est à ce titre fort appréciable.
En conséquence, le premier principe de base pour garantir la précision de la collimation est de réaliser les réglages avec les mêmes accessoires optiques que ceux qui serviront aux observations.
- en ce qui concerne l'imagerie ou l'observation avec
un système amplificateur (Barlow ou oculaire), la précision de collimation à atteindre devra être beaucoup
plus élevée si l'on souhaite accéder à la haute résolution. Les grossissements ici lors des réglages seront
de 2 à 3 fois la valeur du diamètre optique du primaire exprimée en millimètres. On rappellera simplement que l'emploi d'une Barlow pour atteindre
ces grossissements en phase de collimation ne se justifie que si elle est également utilisée lors de l'observation.
Conclusion
Trop souvent les réglages optiques sont négligés voire
oubliés sur un télescope d'amateur. Ceci a pour conséquence une dégradation souvent catastrophique de la qualité des images bien supérieure à ce que pourraient engendrer les défauts propres à l'optique. L'observation ou
l'imagerie à haute résolution devient alors totalement
inaccessible. Pourtant les opérations de collimation, une
fois assimilées, ne présentent pas de difficulté majeure :
raison de plus pour les mettre en œuvre à chaque fois que
cela s'avère nécessaire. D'autant qu'elle se dérèglera rapidement sur les télescopes transportés, de rapport F/D petit
ou de gros diamètre. Par ailleurs l'adjonction d'un composant optique supplémentaire a toutes les chances de
modifier le bon alignement. La collimation est le passeport indispensable pour visiter les merveilles du ciel dans
leurs moindres détails. Qu'on se le dise !
Figure 64: défaut d'alignement d'une Barlow. A gauche, malgré un porte-oculaire légèrement désaligné, une
collimation a pu être réalisée (le foyer primaire F1 et le foyer de l'oculaire F2 sont confondus). A droite, après
l'ajout d'une lentille de Barlow, les foyers F'1 (Foyer résultant, après l'ajout de la Barlow) et F2 ne peuvent
plus être confondus.
7
ANNEXE 1 - TUBE COLLIMATEUR
Le tube collimateur aide à matérialiser l'axe du porteoculaire sur lequel on doit aligner d'autres axes et composants. Il facilite ainsi grandement les opérations de réglage.
Il est constitué d'un cylindre creux (figure 64) au diamètre extérieur correspondant exactement au coulant du
porte-oculaire (31,75 mm ou 50,8 mm).
Le matériau utilisé pourra être du PVC, de l'aluminium
ou de l'acier inoxydable. A l'une des extrémités, on dispose un œilleton constitué par un trou d'environ 1mm de
diamètre percé dans un "bouchon" parfaitement dans l'axe
du tube. A l'autre extrémité, on place un réticule constitué par la croisée de deux fils parfaitement centrés, eux
aussi, sur l'axe du tube. Pour fabriquer le réticule, on procède de la façon suivante :
On repère par des marques au feutre fin sur la tranche du
tube les passages des fils formant deux diamètres bien
centrés et perpendiculaires entre eux (figure 66 schéma
de gauche). On tend ensuite un fil de 0,5 mm de diamètre
minimum (type fil de pèche en nylon) sur un étrier en
bois.
On pose ensuite le fil tendu avec son étrier en équilibre
sur la tranche du tube dans l'alignement précis de deux
marques au feutre sur lesquelles on aura préalablement
déposé des points de colle (figure 66 schéma de droite).
Une fois que celle-ci aura séché (attendre suffisamment),
Figure 68: centrage des éléments dans le tube
collimateur
on coupe les extrémités du fil. On procède de la même
manière pour le second fil collé perpendiculairement au
premier. Pour une bonne visibilité des marques au centre
du réticule, il est conseillé de le réaliser avec un double fil,
les fils étant espacé d'environ 1 mm (figure 66).
L'utilisation du tube collimateur est des plus simples :
- Pour centrer les éléments circulaires importants (miroir secondaire, primaire), on se sert du bord circulaire interne du tube (figure 68, 2 figures de gauche).
- Pour centrer les éléments quasi ponctuels (marques
au feutre sur miroirs primaire et secondaire), on utilisera plutôt le réticule (figure 68, 2 figures de droite).
Il peut être intéressant de disposer de tubes de différentes
longueurs en fonction de la précision des alignements visée ou du diamètre apparent des éléments que l'on souhaite inscrire dans la perspective du fond du tube. D'autre
part, il est parfois difficile de voir nets en même temps le
réticule au premier plan et l'élément à aligner au second
plan (figure 69).
La profondeur de champ donnée par un tube collimateur
de grande longueur a pour conséquence une meilleure
netteté du réticule. Par contre, le champ couvert est réduit et peut s'avérer inférieur au diamètre des gros éléments à centrer (figure 70). Il conviendra donc de choisir
judicieusement la longueur du tube lors de sa fabrication
en fonction de l'utilisation qu'on lui réserve.
Figure 65: vues du tube collimateur
Figure 69: utilisation d'un tube collimateur court
Figure 66: fabrication du réticule du tube collimateur
Figure 70: utilisation d'un tube collimateur long
Figure 67
il
67:: réticule à double ffil
8
ANNEXE 2 - MASQUE OBSTRUANT CENTRE
Le décalage du miroir secondaire rend plus difficile les
opérations d'alignement car son reflet qui sert de référence dans les réglages n'est pas centré lui non plus. L'idée
est donc de substituer la silhouette du secondaire décalé
à un écran en forme de disque de dimension légèrement
supérieure mais lui parfaitement centré. Le montage consiste à réaliser d'abord une structure porteuse composée
de nervures en croix s'adaptant sans jeu à l'intérieur du
tube du télescope (figure 71). On découpe ensuite un disque (en bois ou carton) dont le diamètre sera suffisamment grand pour, en position centrée sur le tube, occulter
complètement le miroir secondaire et le support. On colle
ou on pointe le disque sur sa structure nervurée de manière parfaitement centrée au tube du télescope.
ANNEXE 3 - DIAPHRAGME CENTRE
Cet outil sert à vérifier que l'axe optique du primaire
est parallèle à l'axe du tube du télescope.
On découpe un disque dans une planche en bois (ou en
carton) du même diamètre que l'optique du miroir primaire.
On devra lors des tests placer ce diaphragme parfaitement centré à l'entrée du tube du télescope. Pour éviter de réaliser ce centrage lors de chaque séance de
réglage des optiques, on pourra avantageusement coller le diaphragme bien centré sur un cadre recouvrant
le bout du tube du télescope (figure 73).
Figure 7
1: conf
igur
ation du masque obs
truant centré
71:
configur
iguration
obstruant
sur le tube
Figure 73: montage du diaphragme centré
ANNEXE 4 - DIMENSIONNEMENT DU
SECONDAIRE
Avant tout réglage optique, il faut s'assurer que la dimension du miroir secondaire est adaptée (on est parfois surpris dans certains télescopes du commerce). Cette question devra également se poser lors du choix de cette pièce
optique, à tous ceux qui fabriquent eux-mêmes leur télescope. On pourrait instinctivement être tenté de considérer à la bonne dimension un miroir secondaire dont le
contour s'inscrit tout juste dans le cône du faisceau en
provenance d'une source ponctuelle située dans la direction de l'axe optique (figure 74 à gauche). Mais, dans cette
configuration, si l'on observe une étoile dans une direction formant un angle α avec l'axe optique (figure 74 à
droite), on s'aperçoit qu'une partie du faisceau (en jaune)
ne frappe pas le secondaire : il y a donc perte de lumière.
Le champ de pleine lumière se réduit donc ici à un seul
Figure 7
4: cham
p de pleine lumière déf
ini par la
74:
champ
défini
dimension du secondaire
point, le foyer principal F. Le but étant bien entendu de
disposer dans le plan focal d'un champ de pleine lumière
suffisamment étendu, il conviendra de choisir un miroir
secondaire plus grand que celui décrit dans la figure 74.
La formule ci-dessous donne la dimension du petit axe
du miroir secondaire en fonction de différents paramètres :
avec :
D = diamètre optique du miroir primaire (en mm)
f = longueur focale du miroir primaire (en mm)
a = petit axe du miroir secondaire (en mm)
l = distance entre l'axe optique et le plan focal (en mm)
d = diamètre du champ couvert en pleine lumière (en
mm).
On peut déduire la valeur de d exprimée en minutes d'arc
à l'aide de la formule simplifiée suivante :
Figure 75: dimensionnement du miroir secondaire
9
d (minutes d'arc) = 3438 x d (en mm) / f (en mm)
On le voit, le choix de la dimension du secondaire est conditionné pour l'essentiel par le champ de pleine lumière
que l'on souhaite couvrir. Ce dernier sera choisi en fonction du type d'observations que l'on envisage de réaliser.
Si l'on se limite à l'observation de champs réduits (en
planétaire par exemple) un champ de pleine lumière d'environ 30 minutes d'arc (1/2 degré) devrait suffire car il
couvre le diamètre angulaire de la lune (voir bibliograANNEXE 5 - COLLIMATEUR LASER
phie : la construction du télescope d'amateur de Jean
Texereau). Par contre, si l'on souhaite accéder à l'observation et la photographie à grand champ, on doit pouvoir donner au secondaire des dimensions telles qu'il autorise un champ de pleine lumière de 120 à 180 minutes
d'arc (2 à 3 degrés). On ne peut toutefois pas augmenter
indéfiniment la dimension du secondaire au risque de
créer une obstruction intolérable. Enfin, on aura intérêt à
réduire au maximum la distance d (et les pièces mécaniques qui la conditionnent) pour avoir, avec des miroirs
primaire et secondaire donnés, un champ de pleine lumière le plus étendu possible.
Principe
Le principe d'utilisation d'un collimateur laser est des
plus simple : Un faisceau laser matérialisant l'axe du tube
porte-oculaire est envoyé vers le miroir secondaire puis
le primaire et par réflexion en retour vers le porte-oculaire. Le bon réglage optique sera réalisé lorsque les faisceaux départ et retour seront confondus.
Construction
Il convient d'abord de se procurer une diode laser (type
pointeur) si possible équipée d'une optique avec mise au
point afin de permettre le réglage de la largeur du faisceau au plus étroit. Se procurer ensuite un tube d'environ
40 cm de longueur au diamètre extérieur correspondant
au coulant du porte-oculaire (un tube PVC sanitaire de
32 mm de diamètre fait généralement l'affaire après l'avoir
légèrement rectifié).
Le laser est ensuite monté à l'une des extrémités du tube
de manière parfaitement centrée. Afin d'assurer un parallélisme rigoureux entre le faisceau laser et l'axe du tube
collimateur, on réalise deux diaphragmes percés d'un trou
de 1 mm de diamètre parfaitement centré et que l'on dispose à au moins 20 cm l'un de l'autre à l'intérieur du tube
collimateur. Le faisceau traversant les deux trous sera
ainsi " guidé " dans une direction parfaitement parallèle
au tube lui-même. Cela suppose bien entendu que les trous
des diaphragmes soient eux aussi parfaitement centrés
(usinage au tour). On peut vérifier le bon alignement du
faisceau laser dans le tube collimateur en réalisant le test
suivant (figure 77) : on pose le tube collimateur équipé de
la diode laser et des deux diaphragmes sur un support
constitué de deux " V ". Le support devra être parfaitement stable et maintenu en position. On projette ensuite
le faisceau sur un écran situé à 5 m minimum. En faisant
tourner le tube sur lui-même, on observe le déplacement
éventuel de la petite tâche que le faisceau produit sur
l'écran. On peut par exemple noter sa position à l'aide
d'un feutre pour chaque 1/8 de tour. Si l'alignement du
faisceau dans le tube est parfait, la tâche restera fixe sur
l'écran lors de la rotation. Si ce n'est pas le cas, il faudra
reprendre l'usinage des diaphragmes avec une meilleure
précision ou changer de tube s'il n'est pas parfaitement
rectiligne. Afin de matérialiser le faisceau départ et retour, on utilise un écran semi-transparent (film diapo légèrement assombri ou lame de verre légèrement dépolie)
que l'on dispose à l'intérieur du tube juste après le
diaphragme. Le faisceau traversant cet écran au départ
et au retour se matérialisera par deux taches lumineuses.
Pour pouvoir apercevoir celles-ci, il convient de ménager
une ouverture dans le tube.
Figure 76 : schéma général d'un collimateur laser
Conduite des réglages
On commence par centrer les optiques sur le faisceau :
une fois le tube installé dans le porte-oculaire, on centre
la marque réalisée sur le secondaire avec la tâche lumineuse du laser. On utilise pour cela les différents réglages
du support du secondaire et de l'araignée (voir paragraphe 2 - 4). Si la tache lumineuse n'est pas visible sur le
verre, interposer un calque le plus transparent possible
sur le miroir lui-même. Centrer ensuite le faisceau sur le
miroir primaire en faisant coïncider la tache lumineuse
et la marque matérialisée en son centre (point au feutre
ou œillet autocollant). Agir sur les trois vis de réglage du
secondaire jusqu'à parfaite superposition de la tache lumineuse et de la marque. Observer ensuite l'écran semitransparent à travers la fenêtre du tube collimateur : si le
réglage n'est pas bon, on distingue deux taches lumineuses séparées (départ et retour) ou une seule allongée constituée par les deux taches très rapprochées. On doit alors
agir sur les vis de réglage du primaire afin de les superposer parfaitement.
Précision obtenue avec le système
La double réflexion du faisceau (aller et retour) multiplie
par deux l'écart de décentrage et donc également la précision des réglages. Malgré tout, la pratique de ce test démontre que la meilleure précision de collimation est obtenue par analyse directe et visuelle de la figure de diffraction d'une étoile ( voir paragraphe 2 - 8 ). Le pointeur
laser reste toutefois suffisant pour des instruments dont
la tolérance de centrage est large ( par exemple F/D supérieur ou égal à 6 ). Dans tous les cas, son utilisation est
parfaitement adaptée aux réglages préliminaires des optiques.
Figure 77 : alignement du faisceau laser
10
BIBLIOGRAPHIE
Ouvrages et revues
La collimation d'un télescope Newton
http://www2.globetrotter.net/astroccd/biblio/
filjt100.htm
C'est la version française d'une page web de Mel Bartels
Elle fait partie du site " Groupe Astro & CCD " , l'Astronomie au Québec
Lunettes et télescopes de Danjon et Couder
Editions Albert Blanchard
La construction du télescope d'amateur de J. Texereau
Editions de la Société Astronomique de France. La consultation et le téléchargement de l'intégralité des textes et figures de l'ouvrage original est possible sur le
site : http://www.astrosurf.com/texereau
La collimation
http ://perso.club-internet.fr/legault/collim_fr.html
La méthode de collimation sur une étoile y est très clairement exposée par Thierry Legault
Réaliser son télescope de Jean-Marc Lecleire
Editions Lecleire.
La collimation
http ://www.astrosurf.com/therin/a_collim.htm
Cours de physique - Optique de Jean-Paul Parisot,
Patricia Segonds et Sylvie Le Boiteux - Editions Dunod.
Un collimateur laser
http://www.cpod.com/monoweb/asnora/collimation/
collimat.html
Comment régler son Newton par Denis Berthier et
Michel Lyonnet du Moutier
Ciel et Espace n°198 de mars-avril 1984
Réaliser un collimateur laser à grand champ
http://spt06.chez.tiscali.fr/laser2.htm
Sites Internet :
Notions d'optique pour les astronomes amateurs
http://serge.bertorello.free.fr/optique/optique.html
Collimation du Newton - questions souvent posées
http://www.astrosurf.com/cielextreme/page180F.html
C'est la version française d'une page web de Nils Olof
Carlin
A retourner à :
AXILONE - 18, chemin des Ajoncs - 31470 Saint-Lys
Bulletin d'abonnement
Vous pouvez commander des numéros à l'unité sur : www.astrosurf.com/magazine
Nom :
Je m'abonne à Astrosurf-Magazine pour 1 an (6 numéros).
Je règle donc 29 Euros (34 Euros pour un envoi hors France)
Prénom :
Je m'abonne à Astrosurf-Magazine pour 1 an (6 numéros) et
aux 2 cédéroms annuels. Je règle donc 43 Euros (49 Euros
pour un envoi hors France)
Adresse complète :
Code postal :
Je joins mon règlement par chèque à l'ordre de AXILONE
Ville :
Je règle par carte de crédit :
Pays :
Numéro (1) :
Téléphone :
Expire le (2) :
Email :
Signature obligatoire :
/
(1) : Numéro à 16 chiffres inscrit sur votre carte
(2) : Sous la forme MM/AA (mois/année)
Je souhaite que mon abonnement commence à partir du :
Numéro 2
Numéro 3
Numéro 4
Numéro 5
Nota : Le numéro 1 est épuisé
11
Dérive des étoiles dans un instrument
équatorial - Mise en station (1)
Jean-CLaude Durand
Avec le présent article, nous publions un document de référence sur l’un des problèmes les plus épineux
de l’astronomie : la mise en station. Un problème bien posé est, dit-on, à moitié résolu. D’où cette
première partie abordée dans toute sa rigueur mathématique avec le recours à des formules et équations
sur lesquelles on pourra, éventuellement, surfer. Après ce passage théorique obligé, nous aborderons
l’aspect pratique où les gens de terrain retrouveront leur chère méthode de Bigourdan…allégée !
PREMIERE PARTIE : dérives des étoiles, description, formulation analytique
Introduction
Mis à part les «privilégiés» ayant accès au pôle et disposant
d’un viseur polaire intégré, les amateurs pour la mise en
station de leur monture équatoriale sont livrés à l’empirisme,
ils ne disposent que de recettes qualitatives qui de plus varient
d’un auteur à l’autre : untel par exemple recommande de
pointer des étoiles équatoriales tandis que tel autre préconise
le recours aux étoiles voisines du zénith. On trouve dans
«Lunettes et télescopes», le livre fameux d’André Danjon et
d’André Couder [1], cette réflexion sur la méthode largement
répandue de G. Bigourdan : «La méthode [de Bigourdan]
demande parfois d’assez longs tâtonnements, et l’on est
souvent obligé de recommencer l’opération tout entière une
seconde et même une troisième fois, avant d’arriver à un
réglage satisfaisant». C’est pour clarifier cette situation, à
l’intention de ceux qui souhaitent régler leur monture de
manière à la fois rapide et rigoureuse, que cet article est tout
particulièrement destiné. Les amateurs désireux de
comprendre le pourquoi des dérives des étoiles dans un
instrument équatorial y trouveront également matière à
réflexion.
Toujours dans «Lunettes et télescopes», il est écrit : «Du reste,
un écart de quelques minutes d’arc entre la direction de l’axe
horaire et celle de l’axe du monde ne saurait avoir en aucun
cas de conséquences nuisibles». C’est cette précision
d’alignement, «quelques minutes d’arc», qui est visée ici. Audelà il faut tenir compte de la réfraction atmosphérique et
modifier en conséquence la mise en station mais aussi la
vitesse d’entraînement de l’axe horaire pour chaque champ
céleste étudié [2] : il faut dire que les auteurs de la référence [2]
s’intéressent à la photographie au moyen de grandes
chambres de Schmidt à longue focale, application
particulièrement exigeante en matière de mise en station.
Comme ordre de grandeur des effets de la réfraction, signalons
qu’aux latitudes proches de 45 degrés le pôle réfracté est plus
élevé que le pôle géométrique de 1 minute de degré environ et
que, toujours à ces latitudes, pour un champ situé au méridien
à 20 degrés de hauteur, il faut relever l’axe horaire de quelques
6 minutes de degré [2].
Il sera donc fait abstraction dans la suite de la réfraction
atmosphérique, la monture équatoriale sera supposée parfaite
(orthogonalité des axes horaire, de déclinaison et de l’axe
optique) et la vitesse d’entraînement de l’axe horaire sera
constante et égale à la vitesse de rotation sidérale, celle de la
voûte céleste, soit 1 tour en 23 h 56 mn 4,09 s.
Le présent article repose entièrement sur une formulation
analytique des dérives des étoiles, établie par l’auteur, faute,
non sans son étonnement, de l’avoir trouvée ailleurs dans les
Figure 1 : sphère céleste
C : position de l’observateur au centre de la sphère
céleste
(Hrz) : horizon ; (M) : méridien local ; P : pôle céleste ;
(E) : équateur céleste ; ϕ : latitude ; ( H, δ ) : coordonnées
horaires de l’astre A
ouvrages à sa disposition. L’auteur ne prétend pas l’avoir
établie le premier, ce qui le surprendrait fort, mais prie le
lecteur de croire qu’il l’a fait sans aide autre que du papier, un
crayon et l’appui sûr des mathématiques.
Un peu d’astronomie générale
Les directions des astres sont représentées
conventionnellement sur la «sphère céleste», de rayon
indéterminé, dont l’observateur occupe le centre C (voir figure
1). On appelle «grand cercle» tout cercle diamétral de la sphère
céleste, cercle donc dont le plan contient le centre C. Il en est
ainsi de l’horizon du lieu (Hrz), jalonné par les points
cardinaux est, sud, ouest, nord. La verticale du lieu,
perpendiculaire au plan horizontal en C, perce la sphère
céleste au zénith Z et au nadir N, respectivement au-dessus
de la tête et sous les pieds de l’observateur. L’axe du monde,
autour duquel semblent tourner les astres et prolongement
de l’axe de rotation de la Terre, perce la sphère céleste au pôle
boréal P et au pôle austral, diamétralement opposé, et non
représenté sur la figure. L’équateur céleste (E) est le grand
cercle contenu dans le plan perpendiculaire à l’axe des pôles.
Le méridien d’un astre quelconque A est le demi-grand cercle
12
contenant les deux pôles et la direction de l’astre. Par définition,
le méridien local (M) est le méridien passant par le zénith Z.
Sur la figure 1, le plan du méridien local, contenant donc le
zénith, le nadir, les deux pôles et les directions locales nord et
sud est confondu avec le plan de la feuille. La direction du pôle
P est inclinée par rapport à l’horizon d’un angle égal à la
latitude ϕ du lieu considéré. Pour les besoins du présent article
il reste à définir les coordonnées horaires des astres, à savoir
l’angle horaire H et la déclinaison δ : la coordonnée H est l’angle
du dièdre formé par le méridien local (M) et le méridien de
l’astre A considéré, tandis que δ représente l’inclinaison de la
direction CA de l’astre par rapport à l’équateur céleste (E). La
déclinaison δ, comptée positivement au nord de l’équateur,
négativement au sud, varie dans la plage [-90 °, +90 °]. L’angle
horaire H est compté positivement dans le sens rétrograde,
celui du mouvement apparent des étoiles, de l’est vers l’ouest
; il est couramment exprimé en «heures», «minutes» et
«secondes», unités angulaires valant respectivement 15 °, 15'
et 15" ; il est compris entre -12 h et +12 h. Une variation d’angle
horaire d’une heure (angulaire) correspond sensiblement à
une heure de temps, soit environ 59 minutes et 50 secondes, la
période de rotation sidérale s’effectuant en un peu moins de
24 heures (23h 56mn 4,09s).
Dérives des étoiles induites par les défauts
de mise en station : description
Défauts de mise en station
Idéalement l’axe horaire de la monture équatoriale d’un
instrument astronomique doit être confondu avec l’axe des
pôles. Dans la pratique, de petits écarts subsistent que l’on
décompose ordinairement en un défaut d’azimut «da» et en
un défaut d’inclinaison «di» comme l’illustre la figure 2. L’axe
horaire de la monture perce la sphère céleste au point I, non
loin du pôle céleste P ; l’opération de mise en station consiste à
faire coïncider le pôle «instrumental» I et le point P. Le défaut
d’azimut «da» est l’angle du dièdre constitué par le plan
vertical contenant le pôle céleste P, qui est aussi le plan méridien
local, et par le plan vertical contenant le point I ; on le compte
ici positivement dans le sens horaire. Le défaut d’inclinaison
est l’excès «di», relativement à la latitude ϕ, de l’inclinaison
effective de l’axe horaire de la monture par rapport au plan
Figure 3 : dérive «ra» à dominante nord-sud d’un astre en
présence d’un défaut d’azimut du pôle instrumental I au
terme de la rotation β de l’axe horaire et de la voûte
céleste. Vue en projection sur l’horizon. P : pôle céleste
; (E) : équateur céleste ; A : direction initiale du réticule
et de l’astre.
horizontal. Sur la figure 2 les défauts «da» et «di» sont tous
deux positifs : l’extrémité nord de l’axe horaire se situe trop à
l’est et son inclinaison est trop forte.
La constatation des dérives
Dans ce qui suit on effectue en pensée le type d’observation
suivant : à l’instant initial on pointe une étoile située dans la
direction A, autrement dit on fait coïncider le réticule r de
l’instrument avec A, puis on laisse la monture suivre l’astre ;
à la fin de l’observation l’astre se situe dans la direction «a»,
qui n’est plus confondue, sauf mise en station parfaite, avec le
réticule r ; au cours de l’observation l’angle horaire H de l’étoile
a augmenté de la grandeur β, et l’axe polaire de la monture a
tourné de la même valeur. L’observateur constate ainsi dans
le champ de l’instrument que l’étoile a parcouru l’arc «ra»,
c’est la dérive induite par la mise en station défectueuse de la
monture. On se propose ici d’étudier qualitativement cette
dérive en fonction des défauts de mise en station «da» et «di»
précédemment définis.
Dérive induite par un défaut d’azimut «da»
Figure 2 : défauts de mise en station en azimut «da» et
en inclinaison «di», «da» et «di» sont ici tous deux positifs
La figure 3 montre la sphère céleste vue en projection depuis
le zénith Z ; sans que cela ne nuise à la généralité du
raisonnement, elle a été établie pour une latitude ϕ de 60 °,
pour fixer les idées. Le grand cercle extérieur représente
l’horizon local (Hrz) dont le centre coïncide ici avec le zénith ;
à l’intérieur de ce cercle, on trouve le pôle céleste P, la moitié
visible de l’équateur céleste (E), ainsi que la trajectoire d’une
étoile juste circumpolaire, de déclinaison δ égale à 30°. Le pôle
instrumental I, trop à l’est dénote un défaut d’azimut «da» de
la monture. Au début de l’observation, comme on l’a dit, l’étoile
de référence et le réticule r de l’instrument sont confondus
dans la direction A voisine dans ce cas de figure du méridien
local ; au bout du «temps» β, ils se sont séparés et l’on constate
13
Figure 3 bis : dérive «ra» à dominante nord-sud d’un
astre en présence d’un défaut d’inclinaison du pôle
instrumental I au terme de la rotation β de l’axe
horaire et de la voûte céleste.
P : pôle céleste ; (E) : équateur céleste ; (M) : méridien
local
A : direction initiale du réticule et de l’astre.
Figure 3 ter : invariance de la dérive nord-sud vis-à-vis
de la déclinaison δ de l’astre visée : ra » r’a’.
une dérive «ra» orientée sensiblement vers le sud. Si le pôle
instrumental I avait été à l’opposé trop à l’ouest, l’étoile aurait
dérivé vers le nord, comme le lecteur le concevra aisément.
L’observation de la dérive d’un astre proche du méridien
constitue l’une des deux étapes de la fameuse méthode de
Bigourdan ; comme on l’a vu, cette étape met en évidence le
défaut d’azimut «da» par une dérive nord-sud.
Dérive induite par un défaut d’inclinaison «di»
Sur la figure 3 bis la monture présente un défaut d’inclinaison
«di», le pôle instrumental I étant trop haut. Si dans ces
conditions on observe un astre quelque temps avant son
coucher, typiquement de déclinaison δ égale à 30 ° et situé aux
abords du «premier vertical» (plan vertical contenant les
directions est et ouest, perpendiculaire au plan méridien local),
on constate une dérive «ra» vers le sud. Pour le défaut opposé,
pôle instrumental trop bas, on constaterait une dérive vers le
nord. On peut également observer un astre à l’horizon est,
quelque temps après son lever ; en ce cas les dérives sont de
sens opposé à celui d’un astre à l’ouest, toutes choses égales
par ailleurs. Ce type d’observation constitue le second volet
de la méthode de Bigourdan : le défaut d’inclinaison «di» est
révélé par une dérive nord-sud.
NB : le second volet de la méthode de Bigourdan s’applique en
toute rigueur, comme on le comprendra plus loin, à des étoiles
d’angle horaire H égal à +6h ou -6h. Dans la pratique, on utilise
cette méthode notamment lorsqu’on n’a pas accès au pôle
céleste, par exemple lorsqu’on opère depuis un balcon
d’immeuble. Les étoiles à -6h ou +6h sont alors inaccessibles,
et on est obligé, comme on l’a vu, de viser des étoiles d’assez
fortes déclinaisons situées au voisinage du premier vertical.
Quid des dérives est-ouest ?
Jusqu’ici, il n’a été fait état que de dérives orientées nord-sud,
et dans les manuels il n’est généralement question que d’elles.
Mais les dérives est-ouest existent tout aussi bien ; elles se
manifestent en fait de façon patente lorsque l’étoile observée
fait partie du plan méridien contenant le pôle instrumental,
autrement dit dans le cas de figure où le pôle céleste P, le pôle
instrumental I et la direction A de l’étoile sont dans le même
méridien. Dans les deux volets de la méthode de Bigourdan,
on s’attache plutôt à éviter cette configuration comme le lecteur
peut en juger sur les figures 3 et 3 bis. La vitesse du mouvement
apparent d’une étoile dans le ciel est proportionnelle au
cosinus de sa déclinaison δ : maximale et stationnaire à
l’équateur céleste (δ = 0 °), cette vitesse diminue régulièrement
à mesure que la déclinaison augmente et s’annule,
évidemment, au pôle céleste P. Si la monture présente un défaut
ε tel que l’étoile A de déclinaison δ et le pôle instrumental I font
partie du même plan méridien, le méridien local pour
simplifier, alors la déclinaison «instrumentale» de l’étoile vaut
: δ + di, avec ε = di. Si le pôle instrumental est trop haut (di
positif), alors la déclinaison instrumentale de A est supérieure
à sa déclinaison vraie, de sorte que la vitesse du réticule r est
légèrement inférieure à celle de l’étoile : cette dernière paraît
avancer vers l’ouest par rapport au réticule comme si la vitesse
d’entraînement de la monture était trop faible. Le phénomène
inverse (réticule trop rapide, dérive de l’étoile vers l’est) se
produit si l’extrémité nord de l’axe horaire est trop basse (di
négatif). Analytiquement, le calcul est élémentaire, la vitesse
de l’étoile est, à un facteur près, égale à cosδ tandis que celle du
réticule est de : cos(δ + di) # cosδ - di . sinδ ; la vitesse différentielle
de l’étoile par rapport au réticule est donc de (di.sinδ) . On
remarque l’absence de dérive est-ouest à l’équateur céleste (δ
= 0); cela s’explique par le fait qu’alors, comme on l’a vu, la
vitesse des étoiles est stationnaire et que par conséquent un
petit écart de la déclinaison instrumentale relativement à la
déclinaison vraie n’entraîne pas de variation significative de
la vitesse du réticule r. C’est cette dernière propriété, peutêtre, qui est à l’origine de la recommandation faite par certains
auteurs de pointer des étoiles équatoriales dans l’application
de la méthode de Bigourdan : à l’équateur céleste on est sûr en
effet de n’observer que des dérives nord-sud.
Indépendance de la dérive nord-sud vis-à-vis de la
déclinaison δ de l’étoile observée
Dans la configuration de la figure 3 ter le méridien du pôle
instrumental I, distant du pôle céleste P du «petit angle» r, est
dans le plan de la feuille, tandis que le méridien des étoiles
observées A’ et A, matérialisé par le segment de droite PA’, lui
est orthogonal. Dans ce cas de figure, comme on l’a vu plus
haut à propos des deux volets de la méthode de Bigourdan,
les dérives dues au petit écart r du pôle instrumental I sont
orientées nord-sud. On montre de plus qu’elles ne dépendent
14
pas de la déclinaison de l’étoile observée sur le méridien PA’ et
qu’elles valent en première approximation β.r , β et r étant
tous deux exprimés en radians. Cela s’explique simplement :
à mesure que la déclinaison δ augmente, l’arc de petit cercle
parcouru par l’étoile sur la voûte céleste, soit Aa, pendant le
«temps» β, diminue régulièrement et vaut β.cosδ ; à l’équateur
(E) (δ = 0), cet arc, soit A’a’, vaut β. Il se trouve que l’angle ε = PAI,
égal à l’angle aAr puisque ces deux angles ont leurs côtés
perpendiculaires deux à deux, est proportionnel à 1/ cosδ ; la
diminution du trajet Aa de l’étoile pendant le "temps" β est
donc compensée par l’accroissement de l’angle formé par les
trajectoires respectives de l’étoile et du réticule r, si bien que la
dérive nord-sud ra est constante comme annoncé.
Démonstration :
«L’analogie des sinus», appliquée au triangle sphérique PIA’
rectangle en P (cf. figure 3 ter), fournit la relation :
Figure 4 : repérage d’un astre dans le système d’axes
mobile or
thogonal (r
trument
orthogonal
(r,, u, v) lié au réticule r de l’ins
l’instrument
I : pôle instrumental ; (E’) : équateur instrumental ; P :
pôle céleste ; a : direction de l’astre au terme de la
rotation β de l’axe horaire et de la voûte céleste.
d’où la dérive à l’équateur (E) :
La même analogie appliquée cette fois au triangle sphérique
PIA donne :
CQFD
Formulation analytique des dérives induites
par les défauts de mise en station
Nature exacte de la formulation analytique fournie
On suppose à présent que l’axe horaire de la monture présente
simultanément les deux défauts «da» et «di», d’azimut et
d’inclinaison respectivement comme illustré sur la figure 2
avec les conventions afférentes. Ces défauts sont «petits» et
finis ainsi que l’angle de rotation β assimilable à la durée des
observations, mais en toute rigueur, dans la formulation
analytique que l’on va écrire, ce sont des éléments différentiels,
en d’autres termes des «infiniment petits». Aussi ce ne sont
pas les dérives est-ouest et nord-sud elles-mêmes que l’on va
obtenir mais les vitesses de ces dernières et plus exactement
encore les dérivées partielles des vitesses par rapport aux
défauts d’inclinaison et d’azimut de l’axe horaire. Soit f la
vitesse de dérive générique est-ouest ou nord-sud, fonction
de la direction de l’étoile visée (variables H et δ) de la latitude
ϕ et de l’orientation de l’axe horaire, en toute rigueur f est un
élément différentiel (car en l’absence de défaut d’orientation
la vitesse de dérive est nulle) tout comme les défauts «di» et
«da» et ce que l’on obtient sans aucune approximation est la
différentielle f suivante :
où
sont les dérivées partielles de la vitesse f
relativement à l’azimut et à l’inclinaison de l’axe horaire. Dans
la pratique on fournit la dérive «infiniment petite» f.b, et on
considère qu’il s’agit d’une dérive «petite» mais finie tout
comme les défauts «da», «di» et la «durée» b.
Formules analytiques des dérives (système I)
Figure 5 : champ de vision directe dans l’instrument avec,
au centre, la croisée r du réticule. Le cadre au format 4/
3 représente les limites de l’image d’une caméra CCD
ou d’une webcam correctement orientée.
ra : dérive de l’astre au terme de la rotation β de l’axe
horaire et de la voûte céleste.
Pour obtenir les formules des dérives au sens précisé plus
haut, on exprime d’abord les coordonnées de l’étoile a et du
réticule r au terme de la rotation β dans un repère cartésien
orthonormé lié au pôle instrumental I (voir figure 4) ; puis on
projette le vecteur de dérive ra sur le plan tangent à la sphère
céleste au point r ; ce plan est rapporté au système de
coordonnées (ruv) où l’axe u, orienté positivement vers l’ouest,
et l’axe v, orienté positivement vers le nord permettent de
caractériser respectivement les dérives est-ouest et nord-sud
que l’on désignera désormais par les lettres u et v. Comme la
figure 4 le montre, les axes u et v sont liés à la monture : ils
indiquent donc en toute rigueur l’ouest et le nord instrumental
; en pratique toutefois, les défauts d’alignement «da» et «di»
étant «petits», on ne fera plus cette distinction entre les
15
directions cardinales vraies et instrumentales. La figure 5
illustre le point de vue de l’observateur, situé, on le rappelle
au centre C de la sphère céleste ; le réticule «r» est fixe, bien
évidemment au centre du champ, tandis que l’étoile «a» dérive
lentement à mesure que le temps s’écoule ; le cadre représenté
au format 4/3 délimite le champ d’une «webcam» ou d’une
caméra CCD convenablement orientée. Ces derniers
récepteurs sont particulièrement bien adaptés à la mesure en
temps réel ou différé des composantes est-ouest et nord-sud
«u» et «v» de la dérive de l’étoile visée.
Le bagage mathématique nécessaire pour parvenir aux
formules annoncées comprend la maîtrise du calcul
différentiel, du produit vectoriel, très utile pour déterminer le
sinus d’un petit angle, du produit mixte, utile pour obtenir les
composantes d’un produit vectoriel dans un repère donné,
une bonne maîtrise enfin des changements de repères,
tridimensionnels en l’occurrence. Cette approche, qui ne fait
pas appel à la trigonométrie sphérique, a l’avantage de se
prêter aussi bien au calcul exact (sur ordinateur) des dérives
u et v en présence de défauts d’orientation finis de l’axe horaire
qu’à l’obtention des formules analytiques «infinitésimales»
des mêmes dérives, au sens qui a été précisé plus haut. Voici
ces dernières formules, qu’on dénomme dorénavant «système
I» :
infinitésimales des dérives «u» et «v» exprimées en fonction
des défauts de mise en station «da» et «di» (système I). Il est
toujours bon d’arriver au même résultat par des approches
indépendantes : on bénéficie d’éclairages différents et on
conforte la véracité de son «ouvrage».
Mode d’emploi des formules donnant les dérives (système I)
Pour appliquer le système I donnant les dérives est-ouest et
nord-sud «u» et «v», il faut d’abord exprimer en radians les
défauts d’alignement «da» et «di» ainsi que l’angle de rotation
β. Soit un angle quelconque A, ses valeurs en radians et en
degrés vérifient la relation :
En ce qui concerne l’angle β, couramment exprimé en «heures»,
il ne faut pas oublier de le multiplier au préalable par 15 afin
d’avoir sa valeur en degrés. Ces conversions faites, le système
I fournit les dérives «u» et «v» en radians, qui sont plus
«parlantes» en minutes de degré ( ‘ ). w désignant u ou v, il
suffit d’appliquer la formule :
Exemples d’application du système I :
Soit les données suivantes : latitude ϕ = 49°, da = +3°,
di = -1°, variation d’angle horaire β = 0,125 h.
On obtient :
Système I
On retrouve les propriétés déjà établies : dépendance en sinδ
de la dérive est-ouest «u» et donc annulation de cette dernière
à l’équateur céleste, indépendance de la dérive nord-sud «v»
vis-à-vis de la déclinaison δ de l’étoile observée.
On peut aisément retrouver ces formules, éventuellement aux
signes près toutefois, de façon semi-heuristique en se fondant
sur les deux propriétés déjà citées. Soit ρ la distance polaire
du pôle instrumental I et ψ son angle horaire, H et δ les
coordonnées horaires de l’étoile visée. On a vu que la dérive
est-ouest «u» est maximale quand le méridien de l’étoile A fait
partie du plan méridien contenant le pôle instrumental I, au
contraire de la dérive nord-sud «v», maximale lorsque les
méridiens de A et de I sont dans des plans perpendiculaires.
Compte tenu des dérives maximales établies dans les
paragraphes précédents, on est tout naturellement amené à
écrire le système :
Par la trigonométrie sphérique appliquée au triangle ZPI de
la sphère céleste (Z désigne le zénith), on relie les coordonnées
horaires ρ et ψ du pôle instrumental I aux défauts de mise en
station «da» et «di» ; on trouve :
Ces dernières relations peuvent d’ailleurs être obtenues plus
intuitivement en considérant que la grandeur «da.cosϕ» n’est
autre que la composante horizontale du défaut d’alignement
de la monture tandis que «di» en est sa composante «verticale»
(cf. figure 2). En combinant les deux systèmes précédents, on
retrouve sans peine, et avec les bons signes, les formules
- pour un angle horaire H de –3 h (-45°) et une déclinaison δ de
+20°, on trouve : u = +0,46', v = -4,12'.
- pour H = + 3 h et δ = +60°, on trouve :
u = -3,57' et v=-1,34'.
Validité de l’approximation «infinitésimale»
des dérives
L’approximation dite «infinitésimale» des dérives consiste à
utiliser les formules du système I comme si les différentielles
ou «infiniment petits» u, v, da, di, β étaient des grandeurs
finies. Les tableaux qui suivent quantifient la validité de cette
approche.
Comportement jusqu’à 80° de déclinaison
Le tableau 1 se rapporte à de gros défauts de mise en station:
3° en azimut, -1° en inclinaison. Le «temps» d’observation β
est de 1/8 h, soit un angle de rotation de 1,875°. La latitude ϕ
est de 49°. Chaque case du tableau correspond à un angle
horaire H et à une déclinaison δ de l’étoile visée. On y trouve
d’abord la valeur exacte de l’arc de dérive parcouru sur le ciel
en minutes de degré puis l’erreur commise, en secondes de
degré, en utilisant l’approximation «infinitésimale» du
système I. On constate la bonne tenue de cette dernière, l’erreur
relative excédant rarement 2%.
Le tableau 2 se rapporte à des défauts plus petits, tels qu’il
peut en subsister après une première mise en station. Les
écarts deviennent infimes, 0,5" au plus : cela s’explique par la
nature «infinitésimale» de l’approximation utilisée, d’autant
meilleure a priori que les défauts «da», «di» et l’angle β sont
petits. On note en outre une amélioration de l’estimation pour
les fortes déclinaisons δ, et ce quel que soit l’angle horaire H.
16
Tableau 1 : Dériv
es e
es en minut
es de degré, écar
ts
Dérives
exx act
actes
minutes
écarts
en secondes de degré pour da = +3°, di = -1° et β = 7,5
minutes ; ϕ = 49°
Tableau 5 : Dériv
es es
t-oues
d-sud «v»
Dérives
est-oues
t-ouestt «u» e
ett nor
nord-sud
H = +3h, da = +3°, di = -1°, β = 7,5 minutes ; ϕ =
49°.
Tableau 2 : Dériv
es e
es en minut
es de degré, écar
ts
Dérives
exx act
actes
minutes
écarts
en secondes de degré pour da = -0,2°, di = +0,2° et β =
7,5 minutes ; ϕ = 49°.
Tableau 6 : Dériv
es es
t-oues
d-sud «v»
Dérives
est-oues
t-ouestt «u» e
ett nor
nord-sud
H = +3h, da = -0,2°, di = +0,2°, β = 7,5 minutes ; ϕ =
49°.
Comportement au voisinage immédiat du pôle céleste
Le tableau 3 et le tableau 4 indiquent les dérives exactes estouest et nord-sud ainsi que les erreurs afférentes à
l’approximation «infinitésimale» pour des étoiles situées à
un degré du pôle céleste ; l’angle horaire H varie de –12 h à + 9h
par pas de 3 h (45°) et fait donc décrire à l’étoile visée la
circonférence tout entière du petit cercle de déclinaison δ égale
à +89°. Les défauts de mise en station sont identiques à ceux
du Tableau 2 de même que l’angle de rotation β. On constate
un bon comportement général de l’approximation, sauf là où
la dérive exacte est faible ou quasi nulle comme on le constate
sur la dérive «u» à –3h. Les résultats sont bien meilleurs
s’agissant de l’arc total parcouru ; ainsi pour l’angle horaire
de –3h l’arc exact est de 0,47' et l’erreur de l’approximation de
l’ordre de un centième de seconde.
Un peu plus loin du pôle, aux déclinaisons de 87° puis de 85°,
la qualité des approximations des dérives «u» et «v» s’améliore
de beaucoup mais l’approximation de l’arc parcouru soit :
reste sensiblement de la même qualité qu’à la déclinaison de
89°.
Vérification des deux propriétés générales des dérives
Deux propriétés «infinitésimales» générales des dérives ont
été établies, au sens précisé plus haut :
- la dérive est-ouest «u» varie comme le sinus de la
déclinaison δ pour un angle horaire H donné, autrement
dit la grandeur u/sinδ est invariante,
- la dérive nord-sud «v» est invariante pour un angle
horaire H donné.
Le tableau 5 et le tableau 6 illustrent la validité de ces deux
propriétés pour des valeurs «petites» mais finies des défauts
de mise en station «da» et «di» ainsi que de l’angle de rotation
ou «temps» d’observation β. Pour ces deux tableaux les valeurs
du paramètre β et de l’angle horaire H sont communes, à
savoir respectivement 7,5 minutes d’heure et +3h (+45°).
Pour une mise en station juste dégrossie (Tableau 5),
l’invariance de «u/sinδ» et de «v» commence à se dessiner,
mais la dérive nord-sud plus particulièrement tend à décroître
de manière régulière lorsque la déclinaison augmente. Pour
des défauts résiduels pouvant subsister après une seconde
mise en station, les deux propriétés énoncées se vérifient
clairement (Tableau 6), mettant ainsi nettement en évidence
la nature «infinitésimale» de ces dernières.
Jean-Claude Durand
Tableau 3 : Dériv
es e
es e
oisinage du
Dérives
exx act
actes
ett écar ts au vvoisinage
pôle nord (d = +89°) ; da = -0,2°, di = +0,2°, β = 7,5
minutes ; ϕ = 49°
Références
Tableau 4 : Dériv
es e
es e
ts au vvoisinage
oisinage du
Dérives
exx act
actes
ett écar
écarts
pôle nord ( δ = +89°) ; da = -0,2°, di = +0,2°, β = 7,5
minutes ; ϕ = 49° (suite)
[2] L. Dettwiller, M. Gouttesolard, A. Maury, D. Romeuf
: «Compléments sur la mise en station d’une monture
équatoriale», revue Pulsar, numéros 695, 696 et 697.
17
[1] A. Danjon, A. Couder : «Lunettes et télescopes», Librairie Scientifique et Technique Albert Blanchard.
Améliorer l’éclairage du viseur polaire
d’une monture Losmandy G11
Fabrice Morat
Il suffit de parcourir le "champ" instrumental des rencontres astronomiques du Pilat pour se rendre compte
du nombre important d'astronomes amateurs qui utilisent une monture équatoriale du type G11. Cet
article a pour objet de présenter un petit montage permettant d'améliorer l'éclairage du viseur polaire de
cette monture.
Depuis 7 ans, le trépied et la tête équatoriale de ma monture Losmandy
G11 m'accompagnent. Seuls les tubes
optiques ont défilé (C11 puis C14).
Pour une mise en station précise, j'utilise le viseur polaire dont le système
d'éclairage "primitif" surprendra tout
nouvel acquéreur de la G11. En effet,
ce système "pendouillant" à fil n'est
pas des plus commodes (voir figure
1).
Dernièrement, l'importateur Losmandy pour la France (Franck
Valbousquet) m'apprenait que les récentes G11 ont conservé cet ensemble d'éclairage malgré les remarques
faites dans ce sens au fournisseur. Dès
les premiers mois d'utilisation, j'ai
remplacé le système existant par une
petite lampe stylo (comparable à celle
des montures Perl Vixen). Seulement
voilà, mes piètres talents de bricoleur
m'ont permis d'obtenir un système
indépendant mais souffrant d'un
manque de fiabilité dans le temps. De
plus, il était muni d'un corps long empêchant la rotation complète de la
monture autour de l'axe horaire. J'ai
fini par mettre en place un système
plus en harmonie avec la monture et
surtout ... plus fiable, que je vais vous
présenter.
Après quelques recherches, dans les
Figure 1 : le système d'éclairage
Losmandy, constitué de la tête
d'éclairage (Led rouge) et d'un
boîtier permettant d'accueillir une
pile 9V. Les deux éléments sont
reliés par un fil souple.
grandes surfaces de britaire" du commerce (voir
colage, d'une lampe à
figure 2) : retirer le joint
éclairage peu puissante
de la tête, retirer le réflecsusceptible de convenir,
teur de la tête, retirer la
j'en suis venu à m'intélentille incolore de la tête
resser à la plus petite des
et enfin, l'opération la plus
"Maglite", le modèle "So"délicate" : pour quelques
litaire" (figure 2).
dixièmes de millimètres en trop, on
Cette mini torche préne peut pas rentrer en force la tête
sente de nombreux
d'éclairage du système Losmandy
avantages : qualité
dans la tête de la lampe torche. Il faut
de finition remaraléser avec précaution l'intérieur de
quable (corps en
la bague pour une parfaite adapaluminium
tation. On notera que l'allumage,
anodisé noir), trail'extinction et le réglage de la lutement anti-corminosité se feront désormais
rosion, anti-choc et
en vissant ou en dévissant le
étanche, ampoule de
capuchon d'assemblage.
rechange à l'intéCe nouveau système pourrieur, faible conrait être optimisé par les
sommation, posplus audacieux en racsibilité de pascourcissant la lonser d'un mode
gueur du corps et en
La monture Losmany G11
utilisée par de nombreux
éclairage
le munissant de piastronomes amateurs
"spot" à un
les "boutons" puism o d e
que le corps d'orid'éclairage
gine de la Maglite est en"bougie" (plus faible), et surtout, pos- core un peu long (8cm une fois vissé)
sibilité d'adaptation de la tête du sys- ... mais dans cas, le système obtenu
tème d'éclairage Losmandy (le diamè- n'aura plus grand chose en commun
tre est identique).
avec la Maglite "Solitaire" d'origine.
Voici les modifications à apporter,
dans l'ordre, à la lampe Maglite "SoliFabrice Morat
Figure 2 : schéma de conception de la Maglite "Solitaire".
18
Test comparatif : Astro-Physics 130,
Takahashi FS128 et Kepler 150
A. Gérard, D. Vernet, PO. Pujat, M. Prévost, P. Augier, PM. Meshaka, JP. Cazard
Quelle lunette donne les meilleures images en visuel, l'Astro-Physics EDT130 ou la Takahashi 128 ? Une
lunette bon marché comme la Kepler 150 peut-elle rivaliser avec une lunette apochromatique ? Les
réponses à ces questions sont dans les pages qui suivent !
Les instruments testés
Les instruments comparés ont été :
- une lunette Astro-Physics 130
EDT (AP130) sur une monture
Losmandy Titan,
- une lunette FS 128 (AP128) sur
une monture EM-10,
- une lunette Kepler 150 (K150) sur
une monture EQ6,
Tous ces instruments ont été prêtés
par des astronomes amateurs.
Objectifs et protocole du test
L'objet du test était de comparer les
images fournies en visuel par les optiques de ces instruments, et ce, tant
dans le domaine du planétaire que
dans le domaine du ciel profond.
Six observateurs, de profils variés
(voir encadré) ont été mis à contribution. Il leur a été demandé d'observer
trois objets : Jupiter, M51 et M13, et
ce, avec les trois lunettes.
Pour l'observation d'un objet donné,
chaque observateur a choisi un oculaire qu'il a conservé à chaque changement d'instrument. Après avoir
observé avec les trois instruments,
chaque observateur a transmis ses
remarques à un secrétaire (non observateur) qui les a enregistrées. Pour
conserver la plus grande neutralité
possible, les remarques des observateurs ont été fidèlement retranscrites,
en conservant le "vocabulaire" de
chaque observateur. On notera que le
caractère subjectif des observations
visuelles aboutit parfois à des appréciations différentes (voire contradictoires) entre les observateurs.
Les observations se sont déroulées
dans la nuit du 29 au 30 mai 2003, à
Frayssinet (Lot). La transparence était
moyenne (magnitude visuelle limite
d'environ 6,3).
La lunette Astro-Physics EDT 130.
www.astrophysics.com
○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○
OBSERVATION DE JUPITER
AG - Oculaire Takahashi LE 5mm
AP130 et FS128 : 3 satellites sont visibles. On voit bien que le disque de
Ganymède est plus grand que celui
des deux autres satellites. Sur la
bande équatoriale sud, 4 ou 5 petits
ovales blancs sont visibles. Sur la
bande équatoriale nord, un épaississement et quelques irrégularités sont
bien perceptibles.
Profil des observateurs
Six observateurs ont participé à ces tests avec des profils allant de l'observateur peu expérimenté à l'expert "expert" en optique astronomique.
Alain Gérard (AG) : propriétaire de la FS128, observateur visuel assez
expérimenté.
Pierre-Olivier Pujat (POP) : propriétaire de la K150, observateur visuel
assez expérimenté.
David Vernet (DV) : observateur très expérimenté, spécialiste des optiques
astronomiques, qui a eu l'occasion d'observer avec de très nombreux instruments, de tous types et de tous diamètres. A réalisé de nombreuses
optiques de grand diamètre et observe habituellement avec des dobsons
de grands diamètres.
Pierre Augier (PA) : observateur très expérimenté. Observe habituellement avec un dobson de 400mm
Pierre-Marie Meshaka (PM) : Observateur visuel expérimenté. Observe
habituellement avec un dobson de 400mm
Maïcé Prévost (MP) : Observatrice peu expérimentée. Observe habituellement avec un ETX90.
19
Les deux lunettes montrent les mêmes détails, et ce, avec les mêmes contrastes. La correction chromatique
semble légèrement meilleure avec
l'AP130.
K150 : les petits ovales blancs de la
bande équatoriale sud ne sont pas
visibles. Les satellites sont plus diffus qu'avec les deux autres lunettes.
Le disque jovien apparaît plus jaune
et moins contrasté. Un halo violet est
perceptible autour de la planète.
POP - Oculaire Pentax 5,2 mm
AP130 : un léger chromatisme est perceptible sur les bords des satellites et
en bordure de la planète.
FS128 : un léger liseré jaune et bleu
est visible sur le pourtour de la planète. L'aspect des satellites et les détails sur la planète sont les mêmes
qu'avec l'AP130. L'image semble globalement légèrement plus lumineuse
et légèrement plus contrastée qu'avec
l'AP130.
Nota : le léger chromatisme perceptible sur
les images planétaire avec l'AP130 et la
FS128 est sans doute en grande partie dû à
l'athmosphère (planète relativement basse
sur l'horizon)
l'AP130 est plus brillante et légèrement plus détaillée que celle fournie
par la FS128. L'AP130 présente moins
de chromatisme que la FS128, mais
fournit une image plus "grise". Un très
léger chromatisme est perceptible sur
la FS128.
La Kepler 150
K150 : du chromatisme est perceptible sous la forme d'un liseré bleu très
étendu autour du disque jovien.
L'image est moins contrastée qu'avec
l'AP130 et la FS128. Quelques détails
sont visibles sur le disque, mais ils
sont empâtés à cause du chromatisme. Les disques des satellites sont
mal définis.
PM - occulaire Takahashi LE 5mm
AP130 et FS128 : l'image fournie par
K150 : un chromatisme très important est visible : Jupiter est noyée dans
un halo violet et un fin cercle rouge
entoure le bord de la planète. Les bandes équatoriales sont juste visibles.
Le contraste est nettement plus faible que sur les 2 autres lunettes.
DV - Oculaires Clavé 6mm et 10mm
FS128 et AP130 : ces deux lunettes
donnent des images comparables,
tant pour les détails que pour le contraste. L'image est légèrement plus
blanche sur la FS128 que sur l'AP130.
Un léger chromatisme est perceptible sur les deux lunettes (sans doute
○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○
OBSERVATION DE M51
DV - Oculaire Nagler 12mm Type II
AG - Oculaire Pentax 21mm
AP130 et FS128 : les deux lunettes
donnent des images très comparables, avec un léger avantage à l'AP130.
Dans l'AP130 le fond du ciel est plus
lumineux, mais cela est compensé par
un meilleur contraste de M51 par rapport au fond du ciel. Sur l'AP130, on
devine bien un "anneau faible" (bras),
qui est un peu moins évident dans la
FS128.
AP130 et FS128 : l'AP130 présente une
image légèrement plus lumineuse que
celle de la FS128 (fond du ciel et M51
plus lumineux). Le piqué des étoiles
est tout à fait comparable entre les
deux instruments. Sur M51, on devine
le pont entre les deux galaxies et des
zones HII sont perceptibles. L'AP130
présente une image légèrement plus
détaillée.
K150 : l'image est aussi lumineuse que
les deux autres lunettes et un piqué
des étoiles très comparable. Bien que
légèrement en retrait par rapport à
ces deux concurrentes, la K150 est une
"bonne surprise".
POP - Oculaire Plössl 21mm
L'AP130 et la FS128 donnent des images très comparables, sur lesquelles
les bras de M51 sont perceptibles.
Avec la K150, les noyaux sont un peu
moins brillants et légèrement plus
"flous" (l'image est moins contrastée).
PM - Oculaire Pentax 21mm
Les trois lunettes donnent une image
comparable, tant du point de vue des
détails que du contraste.
K150 : c'est une grosse surprise : le
contraste et le piqué sont très proches
de celui des deux autres lunettes. L'anneau faible (bras) est aussi bien perçu
qu'avec l'AP130, tout en ayant un aspect un peu plus "évanescent". Globalement, tout en présentant moins
de finesse, l'image est très proche des
deux autres lunettes.
PA - oculaire Nagler 12mm type II
AP130 et FS128 : les images fournies
par les deux lunettes sont très proches. Les noyaux sont légèrement
plus contrastés sur la FS128.
K150 : elle donne une image légèrement moins contrastée que ces deux
concurentes, mais globalement très
proche.
20
dû à l'athmosphère).
K150 : un fort chromatisme bleu est
visible et se traduit par un halo visible sur 3 fois le diamètre de la planète. La surface du disque jovien est
peu contrastée et présente peu de détails (à cause du chromatisme).
MP - Oculaire Takahashi LE 5mm
AP130 et FS128 : un léger liseré (rouge
d'un coté du disque jovien et bleu de
l'autre coté) est visible (1). L'image est
légèrement moins contrastée sur
l'AP130, tout en étant plus "fine" et
plus "lisible" que sur la FS128
K150 : Jupiter est entourée d'un large
halo violet et la planète apparaît plus
jaune qu'avec les autres instruments.
La mise au point est rendue difficile
par le chromatisme et le manque de
contraste. Les bandes apparaissent
grises et beaucoup moins détaillées
○que
○ ○dans
○ ○ ○l'AP130
○ ○ ○ ○ et
○ ○la○FS128.
○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○
M51 - Photo Jean-Philippe Cazard
MP - Oculaire Pentax 21
AP130 et FS128 : les noyaux sont légèrement moins brillants sur la FS128
que sur l'AP130, mais on perçoit
mieux les détails. Un début de bras
est visible avec la FS128.
K150 : l'image est plus laiteuse (moins
contrastée) qu'avec les deux autres
lunettes. Les noyaux sont moins
brillants et on perçoit moins de détails qu'avec l'AP130 ou la FS128.
Malgrè tout, la différence entre les
trois lunettes n'est pas très grande.
seulement en vision décalée dans
l'AP130.
MP - Oculaire Nagler 12mm Type II
L'AP130 montre plus d'étoiles en périphérie de l'amas. L'image est plus
difficile à mettre au point avec la K150
car l'image y est moins contrastée.
DV - Oculaire Nagler 12 Type II
M13 - Photo Jean-Philippe Cazard
OBSERVATION DE M13
AG - Oculaire Pentax 10,5mm
L'AP130 donne une image globalement plus lumineuse que les autres
lunettes, mais le fond du ciel est aussi
plus lumineux. Malgré tout, c'est elle
qui donne l'image la plus agréable. La
FS128 et la K150 sont très proches. Les
étoiles sont bien piquées dans les trois
instruments. La petite galaxie
NGC6207 (voir figure 1) est vue en
vision directe dans les trois lunettes.
POP - Oculaire Plössl 21mm
L'image est plus contrastée avec la
FS128 qu'avec les deux autres lunettes et le ciel est plus noir. C'est dans la
K150 que l'amas est le mieux résolu,
sans doute grâce au diamètre supérieur. NGC6207 est visible en vision
directe dans la FS128 et la K150, mais
AP130 et FS128 : elles fournissent des
images très comparables. Le piqué des
étoiles en bord de champ est identique entre les deux lunettes. L'amas est
résolu jusqu'au centre avec les deux
lunettes. La zone en Y est faiblement
visible.
K150 : c'est encore une surprise,
l'image est très proche de celles des
deux autres lunettes, même si les étoiles ont un peu moins "la pêche".
L'amas est résolu jusqu'au centre et
la zone sombre en "Y" est mieux visible qu'avec l'AP130 ou la FS128.
PM - Oculaire Pentax 10,5mm
La mise au point est plus facile sur
l'AP130 car les étoiles sont légèrement
plus piquées.
Avec les trois instruments, l'amas est
résolu jusqu'au centre, mais de justesse. L'image paraît légèrement plus
fine sur l'AP130 que sur les deux
autres lunettes.
Figure 1 : NGC6207 est une petite
galaxie de magnitude 12,1 proche de
M13. Photo Marc Rieugnié (la version
en couleur a été publiée dans
Astrosurf-Magazine N°3, page 32).
21
La TTak
ak
ahashi FS1
28
akahashi
FS128
CONCLUSION
Il apparaît clairement que les deux
lunettes apochromatiques (l'AstroPhysics EDT 130 et la Takahashi
FS128) donnent des images de qualité très comparable, tant en planétaire qu'en ciel profond. La grande
surprise de ce test, c'est surtout que
la Kepler soit si mauvaise en planétaire ... et si bonne en ciel profond !
En cette période d'opposition de
Mars, les utilisateurs de la Kepler
auront tout intérêt à utiliser des filtres (par exemple un filtre rouge),
pour l'observation visuelle de Mars :
outre l'augmentation des contrastes
que procurera un tel filtre, le chromatisme qui pénalise cette lunette en sera
fortement diminué.
L'équipe Astrosurf-Magazine
Initiation à l'imagerie numérique (3)
Jean-Philippe Cazard
Dans ce troisième volet de cette série, nous allons aborder un point essentiel : le prétraitement des
images. C'est une étape dont la maîtrise est indispensable pour l'obtention d'images de qualité.
Signaux
Dans le précédent numéro, nous avons vu qu'une image
brute est constituée de plusieurs signaux :
- Le signal utile qui est dû à l’arrivée, sur les photosites,
des photons en provenance de l’objet photographié.
- Le signal thermique qui est engendré par l’agitation
thermique. et dépend du photosite concerné et de la
température de la matrice CDD au moment de la pose,
- Le signal de précharge qui est une constante différente d’un photosite à l’autre.
Nous avions également souligné que les photosites n'ont
pas tous la même sensibilité. Toutes ces considérations
peuvent être représentées sous forme graphique (voir figure 1).
Images de prétraitement
L'objectif de la phase de prétraitement des images est d'extraire le signal utile de nos images brutes.
Pour cela, nous devrons faire plusieurs "images" un peu
particulières :
façon très uniforme, avec un temps de pose t3 très
court. Un telle image contient un signal thermique
négligeable (car la pose a été très courte) et le signal
utile est uniforme, tous les photosites ayant reçu un
signal constant = K.
Ces différentes images sont réprésentée sur la figure 2.
Prétraitement
Considérons l'image brute, et enlevons-lui l'image thermique. Nous obtenons une image A, dans laquelle la valeur de chaque pixel "p" est :
Signal Utile (p) x Sensibilité(p)
"Signal Utile (p)" est le signal utile reçu par le photosite
"p" et "Sensibilité (p)" est la sensibilité du photosite (p).
Considérons maintenant l'image de PLU et enlevons-lui
l'image d'offset. Nous obtenons une image B. Comme le
signal thermique de l'image de PLU est négligeable, la
valeur de chaque pixel "p" de l'image B est :
K x Sensibilité (p)
- une image d'offset (ou image de précharge) qui ne contiendra que le signal de précharge et qui sera réalisée
en faisant une pose de durée nulle (ou très faible). Sur
une telle image, le signal thermique est négligeable.
- une image thermique (ou image de noir également
appelée "dark") qui sera réalisée en faisant une pose
d'une durée t1 identique à celle des images brutes.
Sur une telle image, il n'y a pas de signal utile.
- une image d'une Plage de Luminosité Uniforme (ou
image de PLU également appelée "flat-field) qui sera
réalisée en faisant l'image d'une surface éclairée de
Figure 1 : représentation du
contenu d'une image brute
Il est alors clair qu'en divisant l'image A par l'image B,
nous obtiendrons une image C, dans laquelle la valeur de
chaque pixel sera :
Signal Utile (p) / K
L'image C, multipliée par le coéficient K est l'image qui
nous intéresse, puisque chaque pixel de cette image ne
contient que le signal utile.
Nous pouvons résumer cela sous la forme d'une seule
Figure 2 : les images de prétraitement
22
Photo 1 : exemple d'image d'offset
Photo 2 : exemple d'image de noir
formule :
Prétraitement : en pratique
L'image d'offset
L'image d'offset est une image de temps de pose nul (ou
très faible) que l'on réalisera dans le noir. Afin d'obtenir
la meilleure image d'offset possible, on fera un grand nombre de poses (jusqu'à plusieurs centaines) dont on fera
ensuite une médiane. L'image d'offset peut être faite une
fois pour toute (ou éventuellement une fois par an), car la
valeur de précharge d'un photosite donné varie peu dans
le temps. La photo 1 est un exemple d'image d'offset.
L'image de noir
L'image de noir est une image dont le temps de pose est
égal au temps de pose des images brutes, et qui sera réalisée à une température identique à la température à laquelle les images brutes ont été réalisées. Si la caméra
n'est pas dotée d'une régulation thermique (qui permet
de placer la caméra à la température souhaitée), il faudra
réaliser les images de noir juste après ou juste avant les
images brutes. Comme pour l'image d'offset, il sera préférable de réaliser un certain nombre d'images de noir (par
exemple une quinzaine d'images) et d'en faire une médiane. La photo 2 est un exemple d'image de noir.
Photo 3 : exemple d'image de PLU
plus classique consiste à faire une photo du ciel à l’aube
ou au crépuscule, lorsque le ciel est assez sombre, sans
toutefois que les étoiles soient visibles. Cette méthode
donne de bons résultats mais est contraignante car elle
ne peut être réalisée que dans un “créneau horaire” assez
petit. Une méthode consiste par exemple à faire l'image
d'une surface uniforme non réfléchissante, éclairée par
un éclair de flash photographique. Comme pour les images d'offset ou de noir, il est préférable de faire un certain
nombre d'images (par exemple une quinzainne) et d'en
faire une médiane. La photo 3 est un exemple d'image de
PLU, sur laquelle on peut voir beaucoup de choses :
- l'assombrissement (du centre vers l'extérieur) est la
manifestation du vignettage de l'optique utilisée
- les grands disques sombres sont les ombres des poussières présentes sur le hublot de la caméra.
- les petits disques sombres sont les ombres de petits
points de givre qui sont sur la surface de la matrice
CCD
L'image de PLU
C'est l'image la plus délicate à réaliser. Il faut faire une
pose la plus courte possible, d'une surface uniformément
éclairée. Plusieurs méthodes peuvent être utilisées. La
Additionner ou diviser des images
Faire une opération arithmétique sur 2 images consiste simplement à faire l’opération en question pixel
par pixel comme illustré sur le shéma ci-dessous (addition de 2 images de 4x4 pixels) :
Sur l'image de PLU, un pixel plus sombre que les autres
est un pixel dont le photosite associé est moins sensible
que les autres, ou bien, ce qui est équivalent, dont le
photosite associé subit un "filtrage" dû à la présence d'une
poussière ou à un défaut optique (vignetage).
A suivre ...
Jean-Philippe Cazard
23
Premiers pas avec une webcam (1)
Jean-Philippe Cazard
Les webcams, petites caméras peu chères, sont à l'origine d'une véritable révolution dans le domaine de
l'imagerie astronomique chez les amateurs. Cette petite série de quatre articles a pour objet de vous
accompagner dans vos premières tentatives d'acquisisition d'images avec une webcam, en commençant par le plus simple : réaliser des images de la Lune.
Le matériel
La réalisation d'images avec une webcam met en oeuvre
les équipements suivants :
- une lunette ou un télescope,
- une webcam,
- une bague d'adaptation,
- un ordinateur doté d'un port USB.
La webcam
Il existe de nombreux modèles de webcam. Votre choix
doit se porter sur un modèle doté d'un capteur CCD (évitez les modèles avec un capteur CMOS, moins sensible).
La très connue VestaPro (Philips) n'est plus commercialisée depuis longtemps et a été remplacée par la ToucamPro,
qui est actuellement la plus utilisée par les "webcamistes".
Nos premières acquisitions
Pour notre première acquisition, nous allons choisir une
cible facile : la Lune. Nous ferons des images directement
au foyer.
Mise en place du matériel
Nous supposons que l'instrument a été correctement mis
en température et collimaté. Remplacez l'objectif d'origine de la webcam par la bague d'adaptation. Connectez
la webcam à l'ordinateur et allumez ce dernier.
Configuration du logiciel
Lancez le logiciel VidCap. La fenêtre principale du logiciel s'ouvre :
La bague d'adaptation
Les webcams sont dotées d'un objectif de piètre qualité,
qui n'a aucun intérêt en Astronomie. Ce dernier sera remplacé par une bague d'adaptation (figure 1) qui assurera
la liaison webcam/télescope. La bague comporte d'un coté
un filetage identique à celui de l'objectif d'origine qu'elle
va remplacer, et de l'autre coté un coulant 31,75 qui permettra de la glisser dans le porte-oculaire de l'instrument
utilisé. On choisira une bague en aluminum (plus solide
que le PVC) anodisé noir (pour éviter les reflets) (2).
L'ordinateur
Tout ordinateur doté d'un port USB permettra de piloter
une webcam. Toutefois, il est préférable que ce dernier
soit doté d'un disque dur ayant plusieurs giga octets de
disponibles et un processeur puissant sera un "plus" permettant de faire des acquisitions à 20, voire 25 ou 30 images par secondes.
Le logiciel d'acquisition d'image
Toutes les webcams sont livrées avec un logiciel permettant de faire des images fixes ou des vidéos. Le plus connu
d'entre eux est sans doute VidCap, qui est fourni avec les
webcams ToucamPro. Divers logiciels dédiés à l'imagerie
avec une webcam ont été développés par des astronomes
amateurs et sont disponibles gratuitement (AstroSnap(1)
et QCFocus(1) par exemple). Dans cet article, nous utiliserons VidCap.
Figure 1 : une
w e b c a m
( m o d è l e
VestaPro),
sur laquelle
l'objectif
a
été remplacé par
une bague d'adaptation au coulant 31,75.
Sélectionnez le menu [Edit > Preference] et vérifiez que les
options "Center image in windows" et "Size frame to capture windows" sont cochées :
(1)
AstroSnap et QCFocus sont disponibles sur le cédérom N°1
d'Astrosurf-Magazine.
(2)
Des bagues d'adaptation de très bon rapport qualité/prix sont
disponibles sur www.astroshopping.com
25
Dans la fenêtre principale du logiciel, sélectionnez le menu
[Option > Video Format] et dans la liste déroulante "Résolution", sélectionnez le mode 640x480 :
Toujours dans la fenêtre principale du logiciel, cliquez
qui permet de passer en mode "visualisasur l'icône
tion en temps-réel". Désormais, tout ce qui est "vu" par la
webcam est affiché en permanence dans la fenêtre principale du logiciel.
Ensuite, dans la fenêtre principale du logiciel, sélectionnez le menu [Options > Video Source], la fenêtre suivante
s'ouvre :
Cochez la case "Noir et blanc" (la Lune ne présentant pas
de couleur, nous pouvons faire des images en Noir et
Blanc), puis sélectionnez l'onglet [Commandes Caméra],
la fenêtre suivante s'affiche :
Pointage
Avec un oculaire permettant un grossissement moyen,
pointez la Lune et centrez le terminateur dans le champ
de l'oculaire.
Mise en place de la webcam et focalisation
Remplacez l'oculaire par la webcam équipée de la bague
d'adaptation. Il y a alors deux possibilités. Premier cas de
figure, la fenêtre de visualisation reste noire : c'est que le
télescope ne pointe plus sur la Lune (ou pointe sur la zone
dans l'ombre). Essayez de repointer l'instrument sur la
Lune, ou bien revenez à l'étape "Pointage". Deuxième cas
de figure : la fenêtre de visualisation est toute blanche.
C'est que le télescope pointe bien sur la Lune, mais l'image
est "saturée", c'est à dire que la webcam reçoit trop de
lumière. Comme le logiciel est en mode "Automatique",
attendez quelques instants afin que le logiciel détermine
le bon temps d'exposition. La fenêtre de visualisation affiche alors une image comme celle-ci :
A ce stade, il nous faut faire une mise au point aussi soigneuse que possible, jusqu'à obtenir une image nette :
Cochez alors la case à cocher [Automatique], afin que le
logiciel détermine automatiquement le temps d'exposition, puis cliquez sur le bouton [Fermer].
26
Acquisition d'images
Avant de lancer l'enregistrement d'images, il faut indiquer dans quel fichier elles devront être stockées. Ce fichier est un fichier au format AVI, qui contiendra toutes
les images prises au cours d’une phase d’acquisition. Un
fichier AVI peut ainsi contenir des centaines, voire des
milliers d’images. Sélectionnez le menu [Fichier > Set Capture File] et indiquez le nom du fichier AVI et le répertoire
dans lequel il sera stocké. Après avoir validé, la fenêtre
suivante s'ouvre :
Figure 2 : le gain et la vitesse d'obturation sont des
paramètres liés. La zone gris clair correspond à
l'ensemble des couples de valeurs (vitesse,gain)
donnant une image correctement exposée.
Cliquez simplement sur le bouton [OK]. Jusqu'à présent,
et pour faciliter les phases de pointage et de mise au point,
le temps d'exposition est réglé automatiquement par le
logiciel. Il nous faut maintenant définir correctement les
paramètres d'exposition. Pour cela, sélectionnez le menu
[Options > Video Source] et cliquez sur l'onglet [Commandes Caméra], pour accéder aux paramètres de réglage de l'exposition :
Les deux principaux paramètres d'exposition sont la vitesse d'obturation (temps de pose pour chaque image) et
le gain (sensibilité de la caméra). Ces deux paramètres
sont étroitement liés : si on choisit une vitesse d'obturation faible (pour "figer" la turbulence), il faudra choisir
un gain élevé (pour que l'image ne soit pas trop sombre),
mais le prix à payer sera l'apparition de bruit (granulation de l'image). D'un autre coté, la réduction du gain permettra d'avoir des images plus douces (moins "bruitées"),
mais imposera de sélectionner une vitesse d'obturation
faible et le prix à payer sera une plus grande sensibilité à
la turbulence. La figure 2 représente tout cela sous forme
graphique.
Dans un premier temps, pour vos premières images de la
Lune, sélectionnez un gain assez faible, de l'ordre de 20 à
30% (3) et ajustez la vitesse d'obturation de façon à avoir
une image correctement exposée.
Les paramètres d'exposition étant réglés, il faut définir le
"taux d'image", c'est à dire le nombre d'images par seconde qui seront enregistrées. Pour cela, sélectionnez le
menu [Options > Video Source], la fenêtre suivante s'ouvre
:
Le taux d'image se sélectionne en cliquant sur l'un des
boutons de [5] à [30]. Il n'est pas conseillé d'utiliser un
taux d'image supérieur à 20, car une dégradation des images devient notable. Sélectionnez par exemple 10 images
par seconde pour vos premiers essais.
Il n e reste plus qu'à lancer l'enregistrement d'images.
Pour cela, sélectionnez le menu [capture > Capture Vidéo]. La fenêtre suivante s'ouvre :
Cochez la case "Enable capture time limit" puis indiquez
dans le champ "Seconds" la durée de l'acquisition (30s
dans l'exemple ci-dessus). Vérifiez enfin que la case à cocher "Directly to disk" est bien cochée, puis cliquez sur le
bouton [OK]. La fenêtre suivante s'ouvre :
(3)
l'échelle des gains n'étant pas graduée, on a pris l'habitude de
désigner le gain par une valeur allant de 0% (gain faible, curseur
complètement à gauche) à 100% (gain élevé, curseur complètement à droite)
27
Cliquez sur le bouton[OK] pour lancer l'acquisition. Les
acquisitions s'arrêteront automatiquement au bout de
30s, et l'ensemble des images acquises seront stockées dans
le fichier vidéo, au format AVI, dont le nom et l'emplacement ont été précédemment définis.
chier, il suffit de cliquer sur son "nom" dans la liste de
gauche. Ensuite, il suffit d'utiliser les flèches du clavier
pour faire défiler les images et repérer les meilleures d'entre elles. Lorsqu'une image vous convient, sélectionnezla en cliquant sur la case à cocher associée. Sur l'exemple
ci-après, les images 52, 55 et 59 sont sélectionnées :
Visualisation et sélection des images
Pour visualiser les images qui ont été acquises, ily a un
petit logiciel fort utile et ... gratuit : Avi2Bmp (4).
Au lancement d'Avi2Bmp, la fenêtre suivante s'ouvre :
Pour enregistrer sous forme de fichiers séparés (au format BMP) les images que vous avez préalablement sélectionnées, sélectionnez le menu [Fichier > Enregistrement
par lot]. La fenêtre suivante s'ouvre :
Sélectionnez le menu [Fichier > Ouvrir]. Une boîte de dialogue vous invite alors à sélectionner le fichier AVI. Lorsque le fichier AVI a été sélectionné, la fenêtre d'Avi2Bmp
prend l'aspect suivant :
Cochez la case à cocher "Images marquées" (pour que seules les images sélectionnées soient enregistrées). Dans le
champ "prefix", entrez le nom générique des images (par
exemple "Lune") et enfin, dans le champ "Répertoire", indiquez le répertoire dans lequel les fichiers des images
devront être enregistrés. Validez le tout en cliquant sur le
bouton [OK]. Toutes les images préalablement sélectionnées seront alors enregistrées sous la forme de fichiers au
format BMP, et avec les noms : Lune1, Lune2, etc.
A suivre ...
Au programme des prochains articles de la série :
Jean-Philippe CAZARD
2ème partie :
- compositage d'images lunaires
- morphing sur les images lunaires
Sur la partie de gauche de la fenêtre, on peut voir la liste
des images, tandis qu'au centre, la première image du
fichier AVI est visible. Pour voir une autre image du fi(4)
: Avi2Bmp est livré sur le cédérom N°1 d'Astrosurf-Magazine. Il
est également téléchargeable sur le site avi2bmp.free.fr
28
3ème partie :
- acquisition d'images planétaires
- compositage et traitement des images planétaires
4ème partie :
- technique du LRGB en imagerie planétaire
Mon premier dessin de Mars
Eric Maire
Voici mon premier dessin de Mars. Il ne restera peut-être pas dans les annales des plus beaux dessins
planétaires mais j'espère qu'il vous incitera, vous aussi, à laisser une trace de vos observations visuelles
sur le papier.
A nos latitudes la hauteur de la planète sur l’horizon pour cette opposition exceptionnelle redonne manifestement un peu de baume à ce mode
d’observation. Le soir du vendredi 17
juillet 2003 la transparence était excellente ! Je décidais donc d’entreprendre mon premier dessin et de laisser
la CCD dans son carton. La turbulence envisagée n’était pas forcément
de bon augure à cause d’un courant
jet d’altitude prévu au dessus des
Pyrénées. En effet, la présence de
vents forts en haute altitude dégrade
le seeing (1).
Vers 22 heures, j’ai mis en station la
monture EM1-S sans l’éclairage du viseur polaire car la lumière crépusculaire était suffisante pour voir le réticule gradué. Réveil à 3 heures et demie du matin pour installer la lunette
FS-102 d’une focale de 820mm munie
d’un oculaire SMC Pentax 5,2mm. Une
confortable position assise (une solide
chaise de jardin) est utile pour réaliser mes deux ébauches qui serviront
à confectionner le dessin définitif. Une
petite lampe torche peu intense, un
petit cahier à dessin, un crayon, voilà
tout ce dont j’ai besoin. La turbulence
était en réalité acceptable pendant
une demi-heure, elle s’est dégradée
ensuite et m’a empêché de percevoir
certains détails. J’ai commencé par
tracer le contour de la planète, placer
la calotte polaire puis pour finir les
grandes formations sombres apparaissant sur le disque planétaire. Deux
ébauches sont nécessaires : l’une pour
bien placer les contours des formations visibles, l’autre pour qualifier
leur nuance de couleur. Par exemple :
or = orange intense, bl = blanc, +b =
plus blanc, + f = +foncé, +c = +clair, etc.
Prendre ensuite des crayons de cou-
leur (orange, blanc et noir) pour mettre le dessin au propre. On y distingue nettement Sinus Sabaeus et Syrtis
Major. Naturellement, le jeu consiste
à réaliser préalablement le dessin "en
aveugle" et ensuite à comparer le résultat final avec la cartographie martienne proposée par Marc Rieugnié en
page 60 du présent numéro.
Eric Maire
[email protected]
(1) On pourra consulter à ce sujet le site suivant :
www.wunderground.com/global/Region/eu/JetStream.html et le résumé de Philippe
Morel visible sur le site www.astrosurf.com/saf/
○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○
Soleil
On m’a demandé de faire un poème.
Comme thème :
Le Soleil.
Réfléchissons, Soleil rime avec réveil.
Réveil du jour que le coq annonce à grand cris
Quand tu éclaires la campagne endormie,
Réveil de l’humanité à l’aube des premiers
temps
Quand tu fis le vivant, du néant.
Et après
Quoi ajouter ?
Ah oui ! les Egyptiens t’appelèrent Ra
C’est sous ce nom qu’on t’adora.
A Stonehenge en Angleterre
Tu hantas ces énormes pierres
Quand entre elles tu apparaissais !
Pendant le solstice d’été.
Tu fus aussi l’idole des Incas
Mais trop de sang pour toi on versa.
Alors
Quoi encore ?
En France pour briller comme toi
Par rêve de gloire se surnomma un roi,
Et pour sa victoire à Austerlitz, Napoléon
Plein d’emphase évoqua ton nom.
Tu vois Soleil
Que de merveilles !
Et toi dans le ciel tu règnes en Seigneur
Régissant la marche du temps,
Du jour et de la nuit, de la première lueur
Jusqu’au crépuscule souvent
On te voit éblouissant
La campagne, les océans.
Mais de tes facéties sur la Terre
Des savants ont percé les mystères.
Ils connaissent tes protubérances,
Grandes langues de feu que tu lances
en dessins des plus variés autour de toi,
29
En jet, en courbe ou bien tout droit.
Ils savent que sur ta surface naissent
Des taches noires qui apparaissent
Au gré de ton humeur et que tu déplaces
Et dont ils suivent toutes les traces.
Il paraît que le monde s’arrêtera
Le jour où tu grossiras
Pour faire de toi une géante rouge
Et puis tu rapetisseras
Une naine blanche tu deviendras
Et il n’y aura plus rien qui bouge.
Monsieur le Soleil, alors,
Ne respire pas trop fort,
Et vous messieurs les astronomes
Surveillez bien toutes ses formes
Pour que toujours continue à tourner la Terre,
A tourner rond...........ou presque !
Janine Rudelle
La galerie photo
1
1 - Oméga du Centaure
Mosaïque de 6 images résultant chacune
d’un compositage de 18 images brutes.
Télescope Meade 2120 de 10"
WebCam Vesta Pro modifiée longue poses (capteur N&B 1/3") au foyer
Lieu : Mahina (Tahiti) Alt. 620m
Photo Jean-Paul Longchamp.
2 - IC 1396 (page de droite)
Lunette FSQ106 et diviseur optique «maison». Deux poses de 1 heure sur film Fuji
Superia 400 hypersensibilisé, ancienne
émulsion. Filtre Tokai LPS
Guidage avec la caméra Guiddy «maison».
Compositage des deux images sous
Photoshop. Sélection du canal rouge uniquement pour réaliser un cliché noir et
blanc (le rapport signal/bruit du cliché
couleur est insuffisant pour une image
couleur).
Carte de champ ci-contre.
Photo Emmanuel Mallart.
30
La galerie photo
2
31
La galerie photo
1
3
2
1 - NGC 4565
Télescope de 600mm à F/D 3,3
Caméra CCD ST7E
Photo Michel Peyro
2 - M20 (Nébuleuse Trifide)
WebCam Vesta Pro modifiée longues poses
(capteur N&B 1/3") au foyer d’un télescope
Meade 2120 de 10" à F/D 6,3.
Traitement : compositage sous Registax de 130
images de 10 sec. Colorisation par la technique du «LRGB par masque flou». Cette technique est décrite sur le site de l’auteur :
www.astrosurf.com/polo
Le masque coloré vient d’une image Vesta Pro
couleur.
Lieu : Mahina (Tahiti) Alt. 620m
Photo Jean-Paul Longchamp.
Photo : J.P. LONGCHAMP
3 - M57
Image de luminance réalisée à l’observatoire
Sirène, avec une caméra CCD starlight MX5
et un télescope T200/800 sur monture ZX4
(19 poses de 57s). Image couleur réalisée avec
une webcam VestaPro SC et un télescope C8
à F/D 6,3. 19 poses de 30s.
Photo Sylvain Hermant.
32
4. Mars 22/07 (page de droite)
Télescope Perl 115/900 motorisé et projection
oculaire avec un Ortho de 6mm. Compositage
de 650 images sur 1850 acquises avec une
VestaPro sans filtre. Traitement avec IRIS.
Photo Pascal Chauvet.
5. Mars 18/07 (page de droite)
Télescope Perl 115/900 motorisé et projection
oculaire avec un Ortho de 9mm. Sélection de
400 images sur 1400 acquises avec une
webcam VestaPro sans filtre. Traitement avec
IRIS. Photo Pascal Chauvet.
La galerie photo
4
6
7
8
5
10
9
11
6. Mars 20/07
Lunette Mizar 68/600 sur monture GP avec
Barlow 2x et 3x en série. Compositage de 1000
images sur 1800 acquises avec une webcam
ToucamPro. Traitements avec Registax. Photo
Thierry Clavel
7. Mars 25/07
Télescope Maksutov 150/800 sur monture GP
avec Barlow 3x. Compositage de 900 images
sur 1800 acquises avec une webcam
ToucamPro et QCFocus. Traitements avec
Registax. Photo Thierry Clavel
8. Mars 19/07
Télescope Maksutov 150/800 sur monture GP
avec Barlow 3x. Compositage de 900 images
sur 1800 acquises avec une webcam
ToucamPro et QCFocus. Traitements avec
Registax. Photo Thierry Clavel
12
9. Mars 13/07 03:13 TU
LX200 de 200mm à F/D 37 (Barlow 3x et
tirage). Compositage de 900 poses de 1/33s
acquises avec une VestaPro. Traitements avec
PRiSM 5.0. Photo Jean-Philippe Cazard
10. Mars 17/07/03 02:40TU
Télescope C8 et Barlow 3x + tirage. Image
LRGB. Luminance : compositage de 2500 poses de 1/25s avec filtre OIII. Image RGB :
compositage de 1800 poses de 1/25s sans filtre. Photo Sébastien Brouillard
33
11. Mars 17/07/03 01:38TU
Télescope C8 et Barlow 3x. Compositage de
1500 poses de 1/33s avec une webcam
ToucamPro sans filtre. Photo Sébastien
Brouillard
12. Mars 19/07/03 00:22TU
Télescope C8 et Barlow 2x. Compositage de
800 poses de 1/50s avec une webcam
ToucamPro sans filtre. Photo Sébastien
Brouillard
La galerie photo
1
34
La galerie photo
2
3
5
1 - Lune - 6 juin 2003 à 21h00 TU (page de gauche)
Image «One shot» (une seule prise de vue) réalisée avec un appareil
photo numérique Nikon Coolpix 885 tenu à main levée (!) au foyer
d’une lunette Breisser de 120mm de diamètre (focale de 1000mm). Pose
de 1/30s en mode manuel à f/3,5 (sensibilité auto), en mode pleine
résolution (3,2 millions de pixels). Retouche du contraste sous
Photoshop.
Photo Sylvain Rivaud.
2 - Lune (Posidonius) - 9 mars 2003
Lunette fluorite Takahashi FS 152 mm, à F/D 25 (avec une Barlow
x2). Acquisitions avec une webcam VestaPro, 34 poses de 1/25s extraites d’un fichier AVI de 45s à 5i/s, avec le gain à 30% et la luminosité
à 40%.
Traitement par ondelettes avec Registax (coeficients 25 9 1 1 1 1).
Turbulence faible à moyenne.
Photo Patrick Lecureuil.
3 - Lune région de la «Vallée des Alpes»
Camescope Sony TRV900 avec trois capteurs CCD (un pour chaque
canal) placé au foyer d’un télescope C14 (à l’aide d’un adaptateur
William Optics). Sélection des 10 meilleures images d’un film AVI.
Traitements avec PRiSM 5.0.
Photo Daniel Lamirel.
4
4 - Tache solaire - 29 mai 2003
Lunette fluorite Takahashi FS152 mm, à F/D 25 (avec une Barlow x2)
et un filtre Astrosolar. Acquisitions avec une webcam VestaPro, 67
poses de 1/125s extraites d’un fichier AVI de 45s à 10i/s, avec le gain
à 40% et la luminosité à 40%.
Traitement par ondelettes avec Registax (coeficients 1 25 17 1 1 1).
Photo Patrick Lecureuil.
Turbulence moyenne. Photo Patrick Lecureuil.
5 - Mars - 14 juillet 2003 02:15 TU
Télescope LX90 et barlow 2x. Acquisitions avec une webcam VestaPro
équipée d’un filtre ne laissant passer que les infrarouges (film diapo
noir). 350 poses de 1/6s extraites d’un fichier AVI de 72s à 10i/s, avec
le gain à 90%, la luminosité à 3% et le gamma à 40%. Double traitement par ondelettes avec Registax (coeficients
1,1,1,3,2,0 puis 1,1,1,2,2,0).
Photo Yann Duchemin.
35
La galerie photo
1
2
3
1 - Aristote et Eudoxe - 9 mars 2003
2 - Golfe des Iris - 13 mars 2003
3 - Procylides, Nasmyth et Wargentin - 15 mars 2003
Dessins de Pascale Maciejewski
36
Périodicité des occultations
Jean Schwaenen
Les occultations d’une étoile par la Lune se produisent par séries et, à l’intérieur d’une série, on assiste à
une occultation à chaque conjonction de la Lune avec l’étoile, c’est-à-dire tous les 27,3 jours environ.
Le tableau ci-contre recense les
conjonctions serrées avec Aldébaran
pour l'année 1998.
Les deux prochaines séries
d’occultation d’Aldébaran auront lieu
de l’année 2014,57 à l’année 2018,95 et
de l’année 2033,17 à l’année 2037,56.
Description du phénomène
Le plan de l’orbite lunaire fait avec
l’écliptique un angle de 5°08’43" en
moyenne (figure 1). La ligne des
nœuds, formée par l’intersection de
ces deux plans, traverse l’orbite céleste
en deux points qui sont le nœud
ascendant (Ω) et le nœud descendant
( ). Cette ligne des nœuds n’est pas
fixe par rapport aux étoiles puisqu’elle
tourne lentement sur elle-même dans
le sens rétrograde en 18,6 ans, ce qui
représente un déplacement de 19°21’
par an.
Longitude du nœud ascendant à
0hTU :
1er janvier 1996 , 202°13’
1er janvier 1997 , 182°52’
1er janvier 1998 , 163°31’
1er janvier 1999 , 144°10’
1er janvier 2000 , 124°49’
Les nœuds glissant ainsi chaque année
de 19°21’ vers l’ouest (en sens
rétrograde) alors que l’inclinaison,
elle, reste constante, font que la
trajectoire décrite par la Lune sur la
sphère céleste se déplace légèrement
d’une révolution à la suivante. La
figure 2 représente l’écliptique (E, E’)
Figure 1 : l’orbit
e de la LLune
une en projection sur la sphère céles
l’orbite
célestte. Les nœuds (Ω e
ett
) de l’orbit
e sont, par déf
inition, les points où elle coupe le plan de l’écliptique.
l’orbite
définition,
et son voisinage, γ est le point vernal
et les lignes sinusoïdales figurent les
trajets de la Lune à un an d’intervalle.
Les points Ω et sont respectivement
le nœud ascendant et le nœud
descendant. La longitude du nœud
ascendant Ω est l’arc (γ,Ω).
Supposons qu’au premier janvier 1999
la position d’une étoile coïncide
exactement avec le nœud ascendant Ω,
c’est-à-dire que sa longitude écliptique
(λ∗) est de 144°10’ et sa latitude (β∗)
de 0°. Quand la Lune passera par le
nœud ascendant, un observateur
terrestre verra donc l’occultation de
cette étoile.
Un an plus tard le nœud aura
rétrogradé de 19°21’ et sera arrivé en
Ω’ ; la Lune suivra alors la ligne en
tirets et ne pourra plus passer devant
cette étoile. Cependant, il n’est pas
indispensable que le centre de la Lune
passe exactement sur l’étoile pour qu’il
y ait occultation, puisque la Terre et
la Lune ne sont pas des points, mais
des corps d’une certaine étendue. Des
occultations de l’étoile ont déjà eu lieu
plusieurs mois avant le premier
janvier et elles ne cesseront que
plusieurs mois après cette date.
N’oublions pas qu’une occultation
n’est visible que pour une toute petite
Tableau des occultations serrées d'Aldébar
an par la LLune
une en 1998
d'Aldébaran
38
Astrosurf Magazine - N°4 Juillet/Août 2003
Figure 2 : tr
aject
oire
traject
ajectoire
apparent
e de la
apparente
Lune sur l’écliptique
en jan
vier 1999 e
janvier
ett
en jan
vier 2000.
janvier
partie de la Terre (figure 3). Ainsi,
lorsque la Lune approche de son
passage au nœud ascendant, une série
d’occultations de l’étoile située sur
l’écliptique débute avec des
phénomènes visibles dans les régions
australes. Plus tard, vers l’époque du
passage de la Lune par le nœud, les
occultations se présentent dans les
régions équatoriales et, lorsque la
Lune s’éloigne du nœud, elles ne sont
plus observables que depuis les
régions boréales. La série est alors
terminée et, pendant les neuf années
suivantes, la Lune passera au nord de
l’étoile, sans l’occulter. Ensuite, c’est le
nœud descendant qui passera près de
l’étoile et une nouvelle série
d’occultations commencera, mais cette
fois, c’est dans l’hémisphère boréal
qu’auront lieu les premiers
phénomènes, et dans l’hémisphère
austral les derniers.
Chaque série d’occultations d’une
étoile située sur l’écliptique dure dixsept mois et compte une vingtaine
d’occultations au total. Les séries
successives sont cependant alternées :
dans l’une, les zones d’occultation se
déplacent vers le sud, dans la suivante,
vers le nord (occultations au nœud
ascendant, puis descendant). La
même règle est aussi valable pour les
étoiles qui ne se trouveraient pas
exactement sur l’écliptique, mais qui
en seraient assez proches.
Périodicité de 18,6 ans
Pour les étoiles se trouvant à moins
de 3°56’06" de l’écliptique (par
exemple Régulus), il y a effectivement
deux séries distinctes et alternées
d’occultations en 18,6 ans. Toutefois,
la durée de chaque série est d’autant
plus longue que l’étoile est loin de
l’écliptique, c’est-à-dire que la valeur
absolue de sa latitude (|β ∗|) est
grande :
- 1,4 an pour une étoile de latitude
égale à 0°,
- 1,5 an pour une étoile de latitude
2° (nord ou sud),
- 1,8 an pour une étoile de latitude
3° (nord ou sud),
- 5,9 ans pour une étoile de latitude
3°40’ (nord ou sud).
Lorsque |β∗| atteint 3°56’, les deux
séries se succèdent immédiatement et
n’en forment plus qu’une. C’est le cas
pour Antarès, Aldébaran, les
Pléiades... Mais cette fois, plus la
latitude écliptique de l’étoile est
grande (en valeur absolue), plus la
première série d’occultations est
retardée et plus la deuxième série est
avancée, et plus les séries sont
courtes :
- 5,9 ans pour une étoile de latitude
4° (nord ou sud),
- 4,9 ans pour une étoile de latitude
4°40’ (nord ou sud),
- 3,8 ans pour une étoile de latitude
5°20’ (nord ou sud),
- 2,2 ans pour une étoile de latitude
6° (nord ou sud).
Enfin, les étoiles dont la latitude est
supérieure à 6°46’ (nord ou sud) ne
peuvent pas être occultées par la Lune.
En effet, d’une part pour un
observateur géocentrique le centre du
disque de la Lune atteint une latitude
maximale de 5°18’(inclinaison
maximale de l’orbite, celle-ci variant
de 5°0’ à 5°18’). D’autre part, la
position de la Lune pour un
observateur à la surface du globe
terrestre peut différer de 1°12’ par
rapport à sa position géocentrique
(effet de parallaxe). Finalement, ayant
un demi-diamètre apparent de 0°16’
environ, la Lune peut occulter des
étoiles jusqu’à cette distance de son
centre.
En conclusion, les étoiles susceptibles
d’être occultées par la Lune ne peuvent
pas avoir une latitude supérieure à :
5°18’ + 1°12’ + 0°16’ = 6°46’.
Jean Schwaenen
Figure 3 : quand la LLune
une occult
e une ét
oile, elle proje
tt
e un cylindre d’ombre en
occulte
étoile,
projett
tte
erres
tre. À l’intérieur de la région gris sombre, l’ét
oile
mouv
ement sur la sur
face tterres
mouvement
surface
errestre.
l’étoile
es
visible. Un obser
eur placé en D vverr
err
a une disparition e
estt in
invisible.
observvat
ateur
erra
ett celui placé en R
une réapparition.
Astrosurf Magazine - N°4 Juillet/Août 2003
39
Le monde des astéroïdes :
petit survol historique.
Gérard Faure
Avec Cérès, Piazzi découvrait, au tout début de 1801, le premier astéroïde, petite planète gravitant
autour de notre Soleil. Après deux siècles d’observations, résumées ici, le cap des 50 000 astéroïdes
était franchi. C’est dire la richesse de ce nouveau monde largement accessible aux amateurs.
40
Astrosurf Magazine - N°4 Juillet/Août 2003
La plupart des astéroïdes ont une orbite située entre Mars
et Jupiter et gravitent à une distance moyenne de 2 à 5
unités astronomiques du Soleil. Un certain nombre d’entre
eux ont toutefois des orbites particulières qui les
distinguent du troupeau. Peuvent être ainsi cités:
- les objets qui, à l’image d’Icarus, s’approchent plus
près du Soleil que Mercure,
- les objets «3A», pour Aten-Apollo-Amor, astéroïdes
qui passent près de l’orbite de la Terre et qui, est-il
besoin de le préciser, représentent un risque de
collision avec la planète bleue,
- les objets qui circulent au-delà de Saturne, Centaures
et autres TNO (Trans Neptunian Objetc). Leur grand
nombre accrédite l’idée d’une deuxième ceinture
d’astéroïdes. Pluton, la neuvième planète, ferait partie
pour certains astronomes de la famille de ces
lointaines petites planètes
Dans les prochains numéros d’Astrosurf Magazine nous
aborderons et détaillerons d’autres caractéristiques des
astéroïdes. Une série d’articles pour inciter les amateurs à
partir à la découverte de ce nouveau monde .
Gérard Faure
Astrosurf Magazine - N°4 Juillet/Août 2003
41
Imagerie solaire en lumière blanche à
l'observatoire de Meudon
Par Régis Le Cocguen
L'observatoire de Meudon a été créé par Jules Janssen en 1876 et depuis cette époque, on y observe
le Soleil. On peut dire que Janssen est le père de l'astrophysique solaire car c'est lui qui a réalisé les
premières photographies de sa surface avec une résolution suffisante pour montrer la granulation. Pour
réaliser ces superbes images, Janssen utilisait un objectif de 135mm et projetait l'image du Soleil sur
une grande plaque de verre enduite de collodion. Ces clichés sont restés les meilleurs pendant une
cinquantaine d'années.
Au tout début du vingtième siècle, Henri Deslandre
développa le spectrohéliographe destiné à observer la
chromosphère dans les longueurs d'onde de l'Hydrogène
et du Calcium ionisé. Depuis 1920, les observations
systématiques fournissent des images quotidiennes à la
communauté solaire internationale. Nous aurons
prochainement l'occasion de décrire cet appareil qui fait
encore aujourd'hui la renommée de l'observatoire à travers
le monde.
En 1969, la Tour Solaire entrait en service. Haute de 35
mètres, cette tour abrite un télescope de 60 cm qui fournit
une image solaire de 41 cm. On a pu, grâce à cet instrument
photographier avec une grande précision la granulation
photosphérique, ainsi que de fins détails dans les taches.
Depuis les années 80, la photosphère n'est plus
photographiée depuis le site de Meudon. Les astronomes
préférant obtenir des images à haute définition avec les
instruments de la Lunette Tourelle du Pic du Midi et
surtout l'excellent télescope THEMIS situé dans un site
privilégié sur l'île de Ténériffe aux Canaries.
Depuis quelques mois, sous l'impulsion de Jean-Marie
Malherbe, responsable des observations systématiques, les
images de la photosphère sont de nouveau d'actualité sur
le site Meudonnais.
Chaque jour, les observateurs solaires alimentent la base
de donnée BASS2000 consultable sur le Web à l'adresse
suivante http://bass2000.obspm.fr/present_fr.html . Cette
base présente le Soleil en Halpha, K3, K1 et Kp et ne montre
donc que la chromosphère. L'image dite K1, est beaucoup
plus proche de la photosphère puisqu'elle montre les
principales taches mais elle ne permet pas réellement de
faire une étude précise de l'évolution morphologique des
taches solaires car la définition est insuffisante pour
déterminer les contours de l'ombre et de la pénombre. De
plus, les plus fines taches sont invisibles, ce qui ne facilite
pas le calcul du nombre de Wolf. Nous avons donc décidé
d'insérer, à partir du deuxième semestre 2003, des images
de la photosphère dans la base de données.
Nous avons commencé l'acquisition des images avec une
instrumentation qui mérite un petit commentaire. Les
instruments sont fixés sur la très ancienne monture dite
d'Eichens. A la création de l'observatoire, Janssen
commanda à Eichens une robuste monture équatoriale
pour y fixer sa lunette solaire de 135mm (à l'origine, cette
lunette reposait sur un support azimutal en bois). La
monture fut construite en 1878 puis installée dans l'une
des deux coupoles de 7,50m. Après avoir supporté la
lunette solaire, on y fixa divers instruments solaires ou
stellaires. La monture servit également pour de
nombreuses missions d'observation d'éclipses ainsi que
pour des recherches de sites. Bernard Lyot utilisa la
monture d'Eichens pour mettre au point son premier
polarimètre, elle était à l' époque considérée comme "la
monture à tout faire". Elle resta ensuite abandonnée
pendant de nombreuses années dans un bâtiment de
l'observatoire puis on l'installa sous un abri mobile au
début des années 90. Elle fut alors équipée d'une lunette
de 140mm et servit à montrer les taches solaires aux
visiteurs. L'installation, bien que très performante,
présentait assez peu d'intérêt aux yeux des astronomes et
des techniciens de l'observatoire.
Nous avons décidé d'utiliser cette monture pour l'imagerie
en lumière blanche. Nous l'avons équipée d'une lunette
du commerce de 120mm, qui malgré la courte focale de
1m, donne des images de bonne qualité. L'objectif de
140mm (F/D=10 optimisé dans le rouge) a été remplacé
par un objectif Clavé de 100mm à F/15 visuel. Et pour
compléter le tout, nous y avons ajouté une petite lunette
de 10cm à F/10 équipée d'un hélioscope.
Pendant l'été 2002, nous avons testé les différents filtres
solaires du marché et nous avons eu quelques surprises.
Les filtres en verre américains se sont révélés d'une qualité
optique déplorable, incompatible avec l'imagerie
astronomique. Il semble qu'en réalité, ces filtres ne soient
que de simples hublots aluminés. La planéité et le
parallélisme de ces lames ne subissent aucun contrôle et
les images sont très dégradées.
Les feuilles Astrosolar sont plus intéressantes mais elles
dégradent tout de même légèrement l'image, de plus elles
42
Astrosurf Magazine - N°4 Juillet/Août 2003
sont très fragiles et ne conviennent pas à une utilisation
professionnelle. Toutefois, nous conseillons ces feuilles aux
amateurs et aux animateurs car elles permettent d'observer
la photosphère sans aucun risque pour les yeux.
Nous avons finalement opté pour un filtre en verre Zeiss
que nous avons pu nous procurer en occasion auprès d'un
amateur. Ce filtre est optiquement mieux fini et laisse
passer une grande partie du spectre solaire.
Nous prenons les images avec un appareil photo
numérique reflex Nikon D100 dont le capteur de 6 millions
de pixels assure une très bonne résolution.
Nous espérons avec cet instrument modeste fournir à la
communauté solaire de nouvelles images pour compléter
la collection de documents disponibles de par le monde.
Nous sommes bien conscients que le Ro moyen de Meudon
qui avoisine les 60mm ne permet pas d'obtenir des images
à très haute résolution de la granulation, mais les clichés
montrent les contours des taches avec une définition assez
grande. De plus, cet instrument est toujours disponible,
Astrosurf Magazine - N°4 Juillet/Août 2003
ce qui est un énorme avantage pour ce type de travail.
L'astronomie solaire présente deux aspects bien différents
: les observations à très haute définition nécessitent des
instruments optimisés dans des sites exceptionnels alors
que les travaux de routine sont effectués avec des petits
instruments immédiatement opérationnels.
Les progrès de l'astrophysique passent aussi par
l'acquisition régulière de données élémentaires. On trouve
dans les différentes banques de données des images en
lumière blanche de l'astre du jour, de sorte que l'on peut
suivre l'évolution d'une région active, depuis son
apparition jusqu'à sa disparition. On pense, parfois à tort,
que tout est connu en physique solaire, il n'en est rien, il
reste encore beaucoup de phénomènes à découvrir ou à
préciser. Chaque document, même le plus simple peut
fournir une information utile. La seule observation
vraiment inutile, c'est celle que l'on n'a pas faite.
43
Régis Le Cocguen
CROA : l'amas ouvert NGC6834
Fabrice Morat
2'
Dessin FF.. Mor
at
Morat
NGC 683
4 - Crédit DSS
6834
44
Astrosurf Magazine - N°4 Juillet/Août 2003
Car
p : on peut se ser
vir des
Carttes de cham
champ
servir
ét
oiles χ e
gne) e
5 (Pe
titétoiles
ett φ (Cy
(Cygne)
ett 1
15
(PetitRenar
d) pour repérer NGC 683
4.
enard)
6834.
Impressions visuelles
L'étoile variable (de magnitude
visuelle 9,5), orange à faible
grossissement, au centre de l'amas, est
la plus brillante. Une droite constituée
de cette étoile et d'autres étoiles de
magnitudes de l'ordre de 10 traverse
l'amas quasiment d'est en ouest.
L'objet apparaît un peu plus dense
autour de cette étoile puis vite épars.
En observant assidûment, j'ai pu
représenter environ 110 étoiles, soit
presque deux fois plus que ce que
propose le Night Sky Observer's
Guide dans la même classe
instrumentale (diamètres de 12 à 14").
Deux petits astérismes(1) remarquables
semblent monter la garde à
équidistance du centre de l'amas coté
nord et coté sud.
(1) Astérisme : tel une "mini constellation", un astérisme est un regroupement
visuel d'étoiles.
La différence de contraste entre une
image obtenue à faible grossissement
et une image obtenue à grossissement
moyen est saisissante : simple tache
floue à 14x (lunette/chercheur de
60mm), l'amas devient complètement
détaché à 291x (avec le télescope de
356mm de diamètre). A 117x, toujours
avec le télescope de 356mm de
Astrosurf Magazine - N°4 Juillet/Août 2003
45
diamètre, sa forme en triangle
équilatéral apparaît nettement,
renforcée par un vide relatif d'étoiles
lorsqu'on s'éloigne des côtés.
D'ailleurs, la ligne d'étoiles brillantes
citée précédemment constitue le coté
nord du triangle.
Fabrice Morat
Balade lunaire : Platon
Pierre-Olivier Pujat
Position sur la LLune
une : 5
1.6°N - 9.4°W
51
Diamètre : 1
09km
109km
Haut
eur maxi des rem
par
ts : 2
440m
Hauteur
rempar
parts
2440m
Origine du nom
Platon naquit probablement en 427
avant J. C. et mourut aux alentours
de 347 avant J. C. à l’âge d’environ
80 ans. Il naquit dans une famille
aisée et proche du pouvoir
politique. Du fait de ses origines, il
aurait dû se lancer dans la politique
et se destinait alors à la carrière
d’écrivain, mais à vingt-neuf ans,
son maître et ami, Socrate fut
condamné à mort. “ La cité a tué
«l’homme le plus sage et le plus
juste de son temps» ”, écrivit-il
dans le Phédon. Il choisit ainsi de
devenir
philosophe
pour
poursuivre l’œuvre de son grand
ami. À partir de ce moment,
l’essentiel de la vie de Platon fut
consacré à l’enseignement et à la
direction de son école.
Description
Le cratère Platon est une grande
formation facilement repérable au
nord du disque lunaire. Il s’agit
d’une grande plaine murée de 109
kilomètres de diamètre dont le
fond est lisse et parsemé de
quelques cratères. Il se situe sur
l’immense enceinte qui sépare la
mer du Froid (Mare Frigoris ) et la
Mer des Pluies (Mare Imbrium).
Les hautes falaises circulaires de
cette dernière laissent entrevoir la
taille gigantesque de cet ancien
bassin d’impact de 1150 km de remarquable que le soleil est radiamètre.
sant.
La caractéristique principale de
Platon est de posséder un fond Observation
très sombre qui contraste avec Le sol de Platon semble lisse et
l’albédo lunaire environnant. quelques cratères sont visibles à
La lave qui s’est épanchée à faible grossissement. D’un
l’intérieur du cratère après diamètre inférieur à 3 km, ils sont
l’impact a probablement une facilement accessibles à un
composition différente de celle télescope d'amateur. Le test
qui se trouve aux alentours optique le plus difficile consiste à
(cette caractéristique peut repérer les fins craterlets qui, en
facilement être aperçue sur une fait, parsèment le fond du cratère.
autre région lunaire, séparant la Certains sous-tendent 0’’60 d’arc et
Mer de la Tranquillité et la Mer de sont à la limite des résolutions
la Sérénité, près du cratère Plinius). amateurs. Un bon éclairage rasant
Il est aussi possible que la est nécessaire. Cependant, avec le
différence de contraste entre les progrès des acquisitions webcam
zones continentales très claires qui et les nouveaux traitements
le bordent et le bassin du cratère, d’images par lot qui “figent” la
le font apparaître plus sombre. turbulence atmosphérique, il ne
Platon est souvent appelé dans la serait pas étonnant de pouvoir un
jour les apercevoir.
littérature, le “ Lac noir ”.
Le soleil se lève sur cette formation A bon entendeur ...
dés le huitième jour lunaire. Pour De part sa position, proche du
les observateurs attentifs, le sol limbe nord, toutes les formations
paraîtra de plus en plus sombre au de cette zone sont très sensibles au
fur et à mesure du lever du soleil, effet de la libration. Actuellement,
le contraste entre le cratère et la les périodes d’observations en
région environnante augmentant. libration favorable ont lieu à des
L’enceinte de Platon est particuliè- déclinaisons négatives donc
rement célèbre par les nombreuses malheureusement préjudiciables à
observations de PLT, les phénomè- la haute résolution (voir graphique
nes lunaires transitoires qui ont pu ci-après).
y être observés. De brusques apPierre-Olivier Pujat
paritions de poussières ou de colorations gazeuses étranges dans cette
région ont fait
spéculer sur
une activité
tectonique encore effective.
On
remarquera aussi à
l’ouest
du
rempart, une
partie de celui-ci semblant s’être affaissée. Cette
formation
1/03 19:22 TU - Pho
d
13/01/03
Photto Jean-Philippe Cazar
Cazard
étonnante est 13/0
LX200 de 203mm de diamètre e
ebcam V
es
ta Pro
ett w
webcam
Ves
esta
d’autant plus 80 poses de 1/25s - TTrrait
ement a
aitement
avvec PRiSM 5.0
46
Astrosurf Magazine - N°4 Juillet/Août 2003
Pho
er
Photto Orbit
Orbiter
Plat
on es
atère très intéressant pour ttes
es
Platon
estt un cr
cratère
estter
la qualité d'une image à haut
e résolution, grâce à
haute
la présence de nombreux cr
at
erle
ts. Si les 4 ou 5
crat
aterle
erlets.
tits
plus gros d'entre eux sont accessibles aux pe
petits
diamètres, seules les images de très bonne
qualité en fferont
eront appar
aître plus d'une douzaine.
apparaître
[1] : cr
at
erle
crat
aterle
erlett de 2,6km (1"4)
at
erle
crat
aterle
erlett de 2,4km (1"3)
[2] : cr
[3] : cr
at
erle
crat
aterle
erlett de 2,2km (1"2)
[4] : cr
at
erle
1km (1"1
5)
crat
aterle
erlett de 2,
2,1km
(1"15)
[5] : cr
at
erle
crat
aterle
erlett de 2,0km (1"1)
[6] : cr
at
erle
ts de 1
,4km (0"75)
crat
aterle
erlets
1,4km
[7] : 2 double
ts de cr
at
erle
ts de 1
doublets
crat
aterle
erlets
1,,1km de
diamètre (0"6), séparés de 1
,2km (0"65),
1,2km
cons
tituant deux e
es
ts pour les images
constituant
exxcellents ttes
ests
à haut
e résolution.
haute
Meilleures périodes d’obser
d’observvations :
ormations ont été ef
0° maximum du tterminat
erminat
eur
d’observvation des fformations
efffectués pour une position de celles-ci à 1
10°
erminateur
eur..
Les calculs d’obser
Les dat
es correspondant aux points de mesure ffigurent
igurent à co
té de ceux-ci.
dates
coté
L’ax
e des abscisses (Z) correspond à la position relativ
e de la fformation
ormation par rrappor
appor
eur
tt
e vvaleur
aleur es
ande
’axe
relative
apportt à l’obser
l’observvat
ateur
eur.. Plus ce
cett
tte
estt gr
grande
ation es
able pour son obser
’ax
e des or
données ((δ
δ) correspond à la déclinaison de la LLune
une
plus la libr
favvor
orable
observvation. LL’ax
’axe
ordonnées
libration
estt fa
La dimension des cercles correspondant aux points de mesure es
tionnelle au diamètre apparent de la LLune.
une. Plus le
estt propor
proportionnelle
diamètre es
and, plus la lune es
ables pour l’obser
ormation lunaire sont
estt gr
grand,
estt proche. Les positions les plus fa
favvor
orables
l’observvation d’une fformation
celles qui ffigurent
igurent en haut à droit
e du gr
aphique e
and.
droite
graphique
ett dont le diamètre es
estt le plus gr
grand.
Astrosurf Magazine - N°4 Juillet/Août 2003
47
Un pont sur la Lune
Jean Schwaenen
En feuilletant une vieille revue française d'astronomie, j'ai retrouvé un article de M. LUIZARD relatant la
découverte d'un "pont sur la Lune" qui, à l'époque, valut son pesant d'or. L'idée m'est venue de vous
conter par le menu l'histoire de cette étrange découverte qui, s'il n'y avait pas eu de contrôle efficace
par d'autres observateurs, aurait pu devenir réalité. Voici les faits tels qu'ils se sont déroulés.
Au début de l'hiver 1953, par
l'entremise de la B.B.C., le docteur H.
Percy Wilking, membre de la Société
Royale Astronomique et directeur de
la Section Lunaire de l'Association
Astronomique Britannique, lançait sur
la voie des ondes cette étrange
nouvelle : la découverte d'un pont
géant sur la Lune. Il y avait de quoi
surprendre le monde de l'astronomie.
Les caractéristiques du pont étaient les
suivantes : longueur 33 km, largeur 3
km et hauteur 1,5 km. Le tout en une
seule arche. Le motif était suffisant
pour faire pointer toutes les lunettes
et tous les télescopes de la Terre vers
la Lune. Un journal français, l'Aurore,
publiait un article relatant cette
découverte. L'observation d'un tel
objet était tentante, mais il fallait
attendre une documentation plus
précise donnant le lieu exact et les
heures où l'on pouvait observer ce
fameux "pont".
La mer des Crises était bien citée, mais
cette formation a une surface de plus
de 180 000 km2 et de plus elle est située
près du limbe lunaire où le
mouvement de "libration" est assez
sensible, d'où un décalage des objets
à droite ou à gauche, pouvant faire
varier l'éclairement de ceux-ci par les
rayons solaires.
Cette documentation arriva par un
bulletin spécial de la documentation
des observateurs en avril 1954,
donnant toutes les précisions
nécessaires aux observations, ces
dernières étant fournies par le Stroling
Astronomer, bulletin de l'Association
of Lunar and Planetary observers de
Las Cruces, aux États-Unis, ayant M.
Haas comme directeur.
Ceci dit, il convient de remonter aux
sources et de suivre le déroulement
des observations du "pont". M. John
O'Neill, chroniqueur scientifique du
New-Yorck Herald Tribune, envoya le
30 juin 1953, à l'éditeur du Stroling
Astronomer, une observation
sensationnelle, un "pont naturel" (sic)
découvert sur la Lune, en bordure de
la mer des Crises.
Cette observation demandant à être
contrôlée, l'éditeur ne publia pas tout
de suite le rapport de M O'Neill, car
le docteur Alter, directeur du Griffith
Observatory à Los Angeles, émit des
doutes sur la réalité du "pont" et le dit
à M. O'Neill dans une lettre qu'il lui
adressa le 29 septembre 1953. Il ne
devait jamais recevoir de réponse et
pour cause, M. O'Neill étant décédé
le 30 août 1953. Dans sa lettre, le
docteur Alter faisait connaître à M.
O'Neill que les examens visuels et
photographiques effectués au
réfracteur
de
12",
avaient
complètement échoué à l'égard du
pont, mais que d'après les comptes
rendus de l'Associated Press dans les
journaux américains de fin décembre
1953, le pont aurait été vu en GrandeBretagne. Voici le rapport de M.
O'Neill sur sa découverte :
"Un pont gigantesque naturel a été trouvé
sur la Lune au milieu du bord oriental de
Mare Crisium, dans la ligne des remparts
entourant celle-ci, par 14°50' de latitude
nord et 48° de longitude ouest. Il peut
être vu quand la Lune est âgée d'environ
18 jours, avec le terminateur à environ
1° à l'ouest du pont. La position du
terminateur est un facteur essentiel, car
le pont ne peut être vu seulement lorsque
les rayons solaires sont presque
horizontaux. Une figure montre le faîte
de cette formation et l'aire de clarté
produite sur le versant de l'ombre par le
Figure 1 : localisation du pont près
de la Mer des Crises
48
Soleil brillant à travers l'ouverture. Ce
pont a été découvert le 29 juillet 1953, à
6 heures 30 (T.U.), alors que la Lune se
rapprochait de l'équateur, par -3°20' de
déclinaison et 22 h 55 d'ascension droite.
L'observation fut poursuivie pendant l h
50 min, jusqu'à l'apparition de nuages.Le
pont est disposé dans la direction nordsud, et d'après les ombres portées par ses
supports, il a une étonnante portée de 12
miles (19,308 km) entre les piliers... La
hauteur de l'arche n'a pas pu être
déterminée par cette observation, car son
ombre portée se perdait au-delà du
terminateur. Si l'observation avait
commencé quelques heures plus tôt,
l'ombre portée par l'arche aurait pu être
décelée. Ces observations ont été faites avec
un réfracteur de 4" ouvert à F/D 15. Il y
avait un léger brouillard, mais la
transparence était élevée et la vision était
excellente ; les configurations lunaires
apparaissaient exceptionnellement
stables. Le pont n'avait pas été décelé
pendant une exploration conduite avec
l'oculaire 55 ; sa structure attira
l'attention lorsque fut utilisé l'oculaire
90. Les détails étaient admirablement
tranchés et les configurations ressortaient
en intense contraste..."
(Notons que cette observation a été faite
après la pleine lune, c'est-à-dire au soir
lunaire).
Voici maintenant ce qu'en a pensé M.
Haas, le directeur du Stroling
Astronomer :
" ... On aurait pu penser que les résultats
négatifs donnés par le douze pouces du
Griffith Observatory allaient clore le sujet,
le télescope le plus volumineux devant
avoir le dernier mot. Mais nous voici
maintenant en face des observations
anglaises rapportées par la presse. A
défaut d'information directe, si nous
pouvons faire fonds sur le contenu des
journaux, il reste que M. H-P. Wilkins a
confirmé l'existence de ce pont le 26 août
1953, et que Patrick Moore se prononça
sur sa structure singulière en septembre.
Dans sa causerie du 21 décembre. le
docteur
Wilkins
donnait
les
Astrosurf Magazine - N°4 Juillet/Août 2003
et disparaître petit à petit cette lueur
venant soi-disant de l'arche.
Figure 2 : dessins du pont ttel
el qu’il fut obser
vé M. LUIZARD
observé
caractéristiques du pont, il ajoutait que
le pont offrait un aspect très artificiel et
qu'il avait pu être créé par l'écrasement
d'une météorite au travers d'une couche
de lave fluide en refroidissement, laissant
subsister cette arche. Wilkins employait
un réflecteur de 15 pouces et Moore un
réflecteur de 12 pouces... "
Les observations en étaient là au début
d'avril 1954, mais à la suite de l'appel
lancé par la Documentation des
observateurs, quatre amateurs allaient
se mettre à la recherche de ce fameux
pont ; ce sont : MM. Albert Hestn de
Crouy/Ourcq (France), C-A Swindin
de Cambridge (Angleterre), E.
Antonini, de Genève (Suisse) et M.
Luizard, d'Orléans (France).
Le résultat des observations
collectives était à adresser à M.
Rigolet, à l'Institut d'Astrophysique à
Paris.
En juillet 1954, dans un supplément
de son bulletin, la Documentation des
observateurs donnait le résultat des
observations effectuées par les
amateurs ayant bien voulu participer
à la recherche du pont lunaire.
C'est à la colongitude 313° (celle du
matin lunaire) que les observations
ont été les plus fructueuses. L'heure
de l'observation la plus favorable était
donnée pour 23 heures, le 6 avril. Les
voici telles qu'elles ont été publiées
dans le bulletin de la Documentation
des observateurs :
M. Heslin. À 18 h 30 et 19 h 20.
Réflecteur de 310 mm, grossissement
de x100 à x230. J'ai noté, à l'est du
pont, une ombre portée continue sans
aucune tache lumineuse. Les images
étaient stables et fines. À 21h (T.U.),
soit deux heures avant l'heure
optimale, les images sont toujours
stables et fines, permettant au
maximum l'utilisation de mon miroir
de 310 mm avec un grossissement de
100 et 230 fois, j'ai vu, partant de
l'entrée est, une bande lumineuse en
direction W-E, ou peut-être plutôt
W.S.W-E.N.E avec, allant de l'un à
l'autre des deux cratères, des lignes
brillantes irrégulières ressemblant à
un faisceau de crêtes, dont les arêtes
seules étaient illuminées par le Soleil.
Je ne puis indiquer avec rigueur
jusqu'où vers l'est s'étendait la bande
lumineuse.
M. Swindin. De 22 h à 23 h 30.
Réflecteur de 12"1/2 à F/D 6,
grossissement de 312x. Les conditions
de vue le 6 avril étaient presque
parfaites, mais je n'ai rien vu du pont
et il n'y avait point d'ombre en forme
d'arche.
M. Luizars. Réfracteur de 108 mm
avec un grossissement de 240x. Il était
préconisé d'observer le 6 avril, à 23 h
(T.U.) J'ai commencé avant l'heure
indiquée, les images étant bonnes, et
bien m'en a pris, ainsi qu'en font foi
les croquis (voir figure 2) ; ceux-ci, qu'il
ne faut pas prendre pour étude
approfondie de la région, portent
uniquement sur la lueur produite par
les rayons du Soleil passant sous
l'arche du pont ou soi-disant tel.
C'est sur le croquis pris entre 19 h et
19 h 45 que cette manifestation est la
plus marquée. Elle donne l'illusion
d'un rayon de Soleil passant par un
trou et s'étalant sur le sol de la Lune
plongé dans l'ombre.
En réalité, si l'on compare les dessins,
on s'aperçoit vite qu'au fur et à mesure
que les rayons solaires se dressent vers
la verticale, cette bande lumineuse se
fragmente et se résout en trois points
lumineux, représentant, à mon avis, de
légères dénivellations du sol
analogues à celles qui se trouvent à
droite de cette formation. Or, les
rayons solaires, en quittant l'éclairage
rasant, auraient du se faire raccourcir
Astrosurf Magazine - N°4 Juillet/Août 2003
49
M. Antonini, le 5 septembre 1955,
observe de nouveau le pont et signale
qu'il a très nettement vu une fine ligne
lumineuse oblique reliant les deux
promontoires, mais aucune lumière de
l'autre côté. Il semblerait qu'il y ait là
une fine crête. J'ai noté encore que les
rayons lumineux ne passaient pas par
la "trouée" entre les deux
promontoires, mais par-dessus le pic
Lavinium, ce qui est confirmé par le
dessin de M. Luizard.
M. Luizard. Le 4 mars 1957, à 18 h
(T.U.), j'étais toujours à la recherche
du pont lunaire quand mon attention
fut attirée ce soir-là par une bande
lumineuse nettement marquée à cet
endroit ; je substituais le
grossissement 50x contre le 150x et fis
un dessin, puis je pris un cliché au
foyer de la 100 mm. Le résultat
confirma mon dessin pris le 6 avril
1954, de 20 h 30 à 20 h 45.
C'est à M. Rigolet qu'il appartient
maintenant de tirer les conclusions de
tout ceci :
"...Ainsi, tout en relevant le caractère
préliminaire de leurs observations, nos
correspondants se sont-ils trouvés amenés
à formuler des réserves sur la réalité de
l'existence du "pont". M. Luizard fait
tout particulièrement ressortir le
comportement de la traînée de lumière,
inconciliable avec ce que l'on pourrait
attendre de la part d'un faisceau de rayons
solaires passant au travers d'une arche.
M. Hestin fait remarquer que O'Neill dit
que la hauteur de l'arche n'a pas pu être
déterminée par son observation, car son
ombre portée se perdait au-delà du
terminateur. II a donc, lui aussi, (et c'est
ce que montre son croquis dans le Stroling
Astronomer) observé une bande
lumineuse insolite, mais je pense qu'on
ne pourra sérieusement parler d'un
"pont" que lorsque l'ombre portée de
celui-ci aura été nettement observée..."
Voilà, ici se termine cette étrange
histoire, et pour conclure je dirais que
si les astronautes américains avaient,
en juillet 1969, découvert ce fameux
pont, il leur aurait servi d'Arc de
Triomphe, car à la mesure de leur
exploit, mais pour çà, je crois qu'ils
auraient dû le construire eux-mêmes.
Jean SCHWAENEN
Réaliser une mosaïque en ciel profond
Vincent Cotrez
Dans le précédent numéro, un article était consacré à la réalisation de mosaiques en imagerie numérique. La réalisation d'une mosaique en Ciel Profond est tout à fait comparable, même si quelques détails
doivent être particulièrement soignés pour aboutir à un résultat correct.
Les prétraitements
Chaque image a été prétraitée
séparemment. J'ai appliqué les
mêmes darks (optimisés) et flats
capturés lors de la première soirée
à toutes les images. Le prétraitement
des images par les flats a été
indispensable afin d'obtenir un
champ totalement homogène. Il est
en effet impossible d'assembler
correctement les bords opposés de
deux images si elles n'ont pas une
bonne homogénéité.
L'image présentée
sur la page en vis à
vis couvre un champ
d'environ 4,5 x 3
degrés, de Gamma
Cygni à X-Nebulae
(voir
AstrosurfMagazine N°2). Elle
est le résultat d'une
mosaïque de 9
images acquises à
Sainte Hélène en
Gironde (33) sur la
période de juin à
juillet 2003.
L'assemblage
L'opération la plus critique a été
l'assemblage des 9 "morceaux". En
effet, les conditions de ciel en général
bonnes n'ont pas été identiques à
chaque prise. Les contrastes étaient
donc différents.
Pour un assemblage correct, il a fallu
adapter chaque image par rapport à
l'autre par la multiplication (ou la
division) de celle-ci par un coefficient
dont la valeur a dû être ajustée à deux
décimales près.
L'assemblage a été réalisé directement
sur les images fit 16 bits, afin de
pouvoir appliquer au final un
traitement élaboré sur toute la
dynamique de l'image.
Les acquisitions
Chaque champ a été
capturé avec une
caméra CCD Starlight
XPress
MX516
derrière un objectif
Zeiss Jena 180 mm
ouvert
à
2.8,
l'ensemble étant posé
sur une monture SP
Vixen pilotée par un
autoguidage Star2000.
Le faible contraste de
ce vaste ensemble a De nombreuses nébuleuses sont visibles sur la mosaïque.
été relevé par l'emploi Les nébuleuses LBN eett amas ouv
er
ts OCL ont été repérés à
ouver
erts
atuit "Car
gratuit
"Cartt e du Ciel" (2) de Patrick
d'un filtre HAlpha l'aide du logiciel gr
Che
ant les catalogues LLynds
ynds Bright Nebulae e
Chevvalle
alleyy intégr
intégrant
ett
Astronomik 13nm.
Les posttraitements
Chaque champ résulte d'un
compositage de 6 poses de 20 minutes de champ (même minime) qui rend L'ajustement de l'histogramme et le
soit 2 heures de pose. Ce qui donne difficile
(voire
impossible) passage de filtres DDP, passe haut et
un total cumulé de 18 heures de poses l'assemblage des images. Avec des passe bas ont été réalisés avec le
pour l'ensemble !
champs non repérés on risque fort de logiciel gratuit Happix (1)
Plusieurs difficultés ont été ne pas couvrir une zone de ciel
rencontrées durant les phases triangulaire. C'est ainsi que par la suite
Vincent Cotrez
d'acquisition et de traitement.
j'ai bloqué la caméra en rotation sans
Le premier champ réalisé le 6 juin est jamais la démonter jusqu'à la dernière
centré autour de l'étoile Gamma Cygni acquisition.
(20h22mn+40°) en bas à gauche. Par
la suite, en pointant cette étoile, il a
(1)
"Happix" est un logiciel gratuit de traitement d'image, qui peut être
fallu se décaler vers le champ suivant.
téléchargé
à l'adresse suivante :
Si les champs "proches" ont été faciles
www.astrosurf.com/happix
à pointer, il a fallu plus de patience
(2)
pour pointer les plus "éloignés".
"Carte du Ciel" est librement téléchargeable sur à l'adresse :
D'autre part, pour les premiers
www.astrosurf.com/astropc
champs, la caméra était démontée et
Note : d'autres images présentant des détails du champ sont visibles sur le
remontée à chaque fois. Ce fut une
site de l'auteur :
erreur car cela engendre une rotation
www.astrosurf.com/cotrez/MX516/galerie/x_area_2003.htm
50
Astrosurf Magazine - N°4 Juillet/Août 2003
De Gamma Cy
tt
e mosaïque de 9 images couvre une zone de plus de 13 degrès carré.
Cygni
cett
tte
gni à X Nébulae, ce
L'image es
olontairement présentée en "négatif", ce qui perme
trez
estt vvolontairement
permett de mieux perce
percevvoir les faibles nébulosités. Pho
Photto V
V.. Co
Cotrez
Astrosurf Magazine - N°4 Juillet/Août 2003
51
La vie des clubs et des associations
Georges Bouderand
(06) Observatoire de Nice
Parsec Astrorama vous propose 2 conférences :
Le 5 septembre : "Les marées sur Terre et ailleurs" avec
Jean-Pierre Rivet, dans le cadre des Spectacles aux étoiles.
A partir de 21h.
Le 19 septembre à partir de 21h : "Les satellites artificiels"
avec Philippe Jung, dans le cadre des Spectacles aux étoiles.
18 Av. du Maréchal Foch Col d’Eze 06000 Nice
Tél. 04.93.85.85.58 - Fax. 04.93.85.62.85
Email : [email protected]
Web : www.astrorama.net
(23) Observatoire des Monts de Guéret
Du 4 au 7 septembre, "Les Loups au clair de Lune".
Initiation et perfectionnement à l’astronomie, observations
et photographies de la Lune, observation et découverte
des loups dans un cadre authentique en compagnie d’un
spécialiste.
Du 15 au 20/09/03. S’initier ou se perfectionner en
astronomie, apports théoriques, observation avec des
instruments performants (115 à 280 mm), 1 télescope de
450 mm et 1 coronographe de 107 mm installés au coeur
du Parc animalier sous un ciel privilégié.
Parc Animalier des Monts de Guéret
BP6 - 23000 Sainte Feyre
Tél. 05.55.81.23.23
Email : [email protected]
(33) Club Astronomie Vega de la Lyre
Le 6 septembre : observation de la planète Mars
Le 20 septembre : "Préparer une observation
astronomique", avec Olivier Ruau.
Club Astronomie Véga de la Lyre
15 Avenue Juncarret - 33870 Vayres
Tél. 05.57.74.81.00 ou 05.57.84.99.47
Email : [email protected]
Web : www.astrosurf.com/vega-lyre
(81) Observatoire de Saint Cabrais
Le 5 septembre à 20h30 à Tauriac : « Randonnée au clair
de Lune et découverte du ciel»
Le 13 septembre à 21h, dans la cours de la Mairie de
Rabastens : "Voyage sur un rayon de lumière"
Association d’Astronomie Albiréo 81800 Rabastens
Tél. 05.63.60.73.17 ou 05.63.60.44.06
Fax. 05.63.40.56.12
(13) Observatoire de Vauvenargues
Le 6 septembre : observation de l'occultation par la Lune
de l’etoile 60 sagittaire
Astronomes Amateurs Aixoix
1185, chemin du Puits d’Auzon 13126 Vauvenargues
Tél. 04.42.66.00.96
Email : [email protected]
Web : www.astrosurf.com/aaaov
(06) Collège Valéri de Nice
Le 19 septembre à 20h : conférence sur «Les instruments
d’observation en astronomie» par Florent Dubreuil,
étudiant scientifique.
Entrée libre.
Collège Valéri de Nice
Tél. : 04 92 09 09 24
(32) Fleurance
Du 19 au 21 septembre : "Week-end dans les étoiles", 2
jours pour repérer constellations et planètes à l’oeil nu,
utiliser des cartes du ciel, observer aux jumelles et au
télescope, pointer les objets facilement accessibles,
observer le Soleil.
Du 26 au 28 septembre : "Pratique instruments", 3 jours
pour mettre un instrument en station, l’entretenir, le régler,
pointer des objets peu lumineux à l’aide de coordonnées,
découvrir les techniques simples de prise de vue.
A Ciel Ouvert - La Ferme des Etoiles
60 bis rue Gambetta 32500 Fleurance
Tél. 05.62.06.09.76 - Fax. 05.62.06.24.99
Email : [email protected]
10e Ciels de Nantes - 6 septembre 2003
(Manifestation gratuite et ouverte à tous)
Le samedi 6 septembre 2003 à partir de 21h00, au Parc
du Grand Blottereau (entrée principale, bd Auguste
Péneau) aura lieu la dixième édition des "Ciels de Nantes".
Au cours de cette veillée aux étoiles, le public nantais
sera à nouveau convié à découvrir le ciel de notre ville
aux instruments (lunettes et télescopes, de 60 à 360 mm
de diamètre) en compagnie des astronomes de la Société d’Astronomie de Nantes. La soirée sera surtout
consacrée à l’opposition de Mars. La planète sera très
proche de la Terre (55 millions de kilomètres) avec un
diamètre maximal de 25,1". Venez observer la calotte
polaire et la surface colorée de la planète rouge car un
tel phénomène ne se reproduira qu’en 2287 !
Au programme également : découverte des constellations (Pégase, Cygne, Cassiopée, ...), de la Lune, de nébuleuses (Dumbell, …) et de galaxies lointaines (Andromède, ....). Le parc du Grand Blottereau sera ce soirlà une gigantesque fenêtre ouverte sur l’Univers !
Les possesseurs de jumelles, lunettes et télescopes sont
invités à apporter leur(s) instrument(s).
L’observation sera annulée en cas de conditions météorologiques défavorables.
Société d’Astronomie de Nantes
35, boulevard Louis Millet - 44300 Nantes
Tél. : 02 40 68 91 20 - Fax : 02 40 93 81 23
Email : [email protected]
Web : www.san-fr.com
52
Astrosurf Magazine - N°4 Juillet/Août 2003
(04) Saint-Michel l'Observatoire
Le 29 septembre : projection sur le thème «Naines blanches
et étoiles à neutrons», suivie d’une observation du ciel à
l’œil nu puis aux instruments (jumelles binoculaires et
télescopes de 300mm et 60 cm sous coupole).
Centre Astronomie de St-Michel-l’Obsevatoire
Plateau du Moulin à Vent
04870 St-Michel-l’Observatoire
Tél. 04.92.76.69.69 - Fax. 04.92.76.67.67
Email : [email protected]
Web : perso.wanadoo.fr/valdoule
Les journées techniques de Chinon
ATCO, Astronomie Techniques et Communication,
organise les 18 et 19 octobre prochains à Chinon (37)
ses Journées Techniques 2003 qui ont pour thème
l’imagerie (CCD, webcam, argentique).
La conférence du samedi 18 octobre au soir sera assurée
par Vincent Coudé du Foresto, du Laboratoire d’Etudes
Spatiales et d’Instrumentation Astronomique,
Université Paris VII et Observatoire de Paris, sur le
thème de la recherche de la vie au-delà du système
solaire, à partir de 21h.
Parmi les interventions déjà prévues à ce jour :
- Christophe Bethune : webcam planétaire et ciel
profond.
- Thierry Legault : comparatif des résultats planétaires
entre caméra CCD et webcam.
- Eric Barbotin : CCD ciel profond, occultation
d’étoiles, estimations de magnitudes (supernovae).
- Christophe Martin Brisset et Christian Juin : photo
argentique.
- Maurice Audejean et Joël Guignard : images du soleil
prises à l’Observatoire du Pic du Midi et présentation
des missions soleil dans le cadre des "Observateurs
Associés".
- Frank Tyrlik : logiciels astro.
- Jacques Boussuge d’Astroqueyras : la spectroscopie
en CCD
(06) Observatoire de Nice
Le 3 octobre : "Notre étoile le Soleil", conférence de Eric
Fossat, dans le cadre des Spectacles aux étoiles. A partir
de 21h.
Le 17 octobre : "Astronomie & préhistoire", avec JeanMichel Lecontel, dans le cadre des Spectacles aux étoiles.
A partir de 21h.
Parsec Astrorama
18 Av. du Maréchal Foch - Col d’Eze 06000 Nice
Tél. 04.93.85.85.58 - Fax. 04.93.85.62.85
E-mail : [email protected]
Page web : www.astrorama.net
(34) Geospace Montpellier
Le 18 octobre : séance d'observation du ciel d’automne
Geospace Herault
Institut de Botanique
163 rue Auguste Broussonnet - 34090 Montpellier
Tél. 04.67.04.02.22 - Fax. 04.67.54.26.75
Email : [email protected]
Web : www.geospace-online.com
ATCO, La Chapelle - 79140 Le Pin
Tél : 05 49 81 03 79.
Web : www.atco-fr.com
(23) Observatoire des Monts de Guéret
Du 2 au 5 octobre : "Ciel pur et nature sauvage". Initiation
et perfectionnement à l’astronomie, observations et
photographies de la Lune et observation et découverte des
loups dans un cadre authentique en compagnie d’un
spécialiste.
Du 25 au 30 octobre : 6 jours et 5 nuits d’initiation et de
perfectionnement à l’astronomie. Observations avec du
matériel performant dont un T450 installé au coeur du Parc
animalier et découverte des loups dans un cadre
exceptionnel.
Parc Animalier des Monts de Guéret
BP6 - 23000 - Sainte Feyre
Tél. 05.55.81.23.23
E-mail : [email protected]
(32) Fleurance
Du 3 au 5 octobre, week-end webcam : 3 jours pour
découvrir et maîtriser l’utilisation des webcams, connaître
leurs diversités, leurs applications en astronomie, les
différents logiciels de traitement d’images et réaliser soimême des images solaires, lunaires et planétaires.
A Ciel Ouvert La Ferme des Etoiles
60 bis rue Gambetta - 32500 Fleurance
Tél. 05.62.06.09.76 - Fax. 05.62.06.24.99
E-mail : [email protected]
Page web : www.gascogne.com/Ferme
Astrosurf Magazine - N°4 Juillet/Août 2003
(13) Observatoire de Vauvenargues
Les 17 et 18 octobre : conférences et observations sur les
dimensions astronomiques – Mars & Uranus par Nathalie
Boutin.
Astronomes Amateurs Aixoix
1185, chemin du Puits d’Auzon - 13126 Vauvenargues
Tél. 04.42.66.00.96
Email : [email protected]
Web : www.astrosurf.com/aaaov
(33) Club Astronomie Vega de la Lyre
Le 11 octobre : conférence de Françoise Badia sur la Lune.
Le 25 octobre : observation des amas ouverts de la reine
Cassiopée
Club Astronomie Vega de la Lyre
15 Av. Juncarret - 33870 - Vayres
Tél. 05.57.74.81.00 ou 05.57.84.99.47
Email : [email protected]
Web : www.astrosurf.com/vega-lyre
Retrouvez toutes les annonces d'évènements, rencontres,
conférences d'astronomie sur l'agenda d'Astrosurf :
www.astrosurf.com - Rubrique Agenda
N'hésitez pas à nous faire part des rencontres, stages ou
conférences que vous organisez à l'attention du public ou des
astronomes amateurs, en contactant par email :
[email protected]
53
Le ciel de septembre et octobre
Erick Seinandre
Les mois de septembre et d’octobre regorgent d’objets célestes aussi splendides qu’étranges et, bien
que les vacances soient terminées pour nombre d’entre nous, il faut au mieux profiter des week-ends
pour se réserver au moins quatre ou cinq nuits d’observations.
Avec des nuits plus longues et des ciels
plus noirs mais des températures encore
clémentes, les mois de septembre
et d’octobre ont la faveur de
bien des astronomes qui,
même avec des instruments
modestes (jumelles, lunettes de 60 ou 70 mm, télescopes inférieurs à 150
mm) peuvent se livrer à
de très intéressantes observations. Quant au ‘cru
2003’, il ne sera pas décevant pour les amateurs de
planètes, avec le retour, encore furtif, des géantes puis de
Mercure à l’aube, et Mars qui dépassera encore les 20'’ d’arc jusqu’à fin
septembre (15'’ fin octobre).
La carte du ciel, avec un
mais...
Le 1er octobre à 22h TU (15 septembre à
23h TU et 15 octobre à 21h TU), la ligne
tracée depuis l’Étoile Polaire vers le
plein Sud passe par… Le Carré de Pégase. Cela est indiqué dans chaque
ouvrage d’astronomie, et c’est bien vrai.
Seulement, pour nombre d’astronomes
amateurs, ce Carré de Pégase ressemble un peu à une Arlésienne : s’il est certes mieux visible que la Petite Ourse (qui
est également toujours prise comme
point de repère alors qu’on ne peut pas
la voir sans de bonnes jumelles), on ne
le voit pas bien souvent. Il est en effet
trop pâle, trop large pour ne pas être
en partie caché par quelque nuage (fréquent en cette saison) ce qui est fâcheux
pour une formation devant servir de
repère. C’est la raison pour laquelle
nous nous en référerons plutôt, pour la
suite, à la constellation de Cassiopée,
absolument immanquable qui, par ses
diverses étoiles, nous indiquera les bonnes directions. Notons que, pour l’année 2003, la direction Nord-Sud depuis
l’étoile Polaire ne sera pas difficile à
trouver : ce sera grosso modo, au 1er
octobre, l’axe menant de Polaris à Mars.
La fin de l’été : les merveilles
de septembre
Tourné vers le Sud, l’astronome se
trouve toujours entre deux saisons : à
sa droite s’enfuit (vers l’Ouest) la sai- premier est la lumière zodiacale. Il s’agit
son précédente, à sa gauche vient la sui- en fait de milliards d’infimes astéroïdes
vante. Dans le précédent de quelques microns qui tournent ennuméro, nous avions tre Mars et Jupiter et qui, faits souvent
délaissé dans le de silicate, reflètent la lumière solaire
ciel d’été quel- comme autant de minuscules miroirs.
ques merveilles Cette lumière dite zodiacale puisqu’elle
que nous trou- se situe dans le plan des constellations
vons cette du Zodiaque n’est bien visible que lorsfois au-des- que ledit plan est suffisamment incliné,
sus de nos tê- 50° environ, c’est-à-dire au début de
tes en début de l’automne, fin septembre et début octonuit,
filant bre au petit matin, puis au début du
maintenant vers printemps, plutôt fin février, jusqu’à mile Soleil couchant mars où elle apparaît le soir. Cette luHelix
: Altaïr, le Dauphin, la mière, que l’on ne doit pas confondre
flèche, le Renard, le Cintre. avec la lumière jaune-orangée des vilAltaïr, l’une des étoiles du triangle de les, est blanchâtre et traverse au petit
l’été va nous servir de repère. En tirant matin, à l’Est, les constellations des Géun trait entre l’Étoile Polaire du Cygne meaux et du Cancer à leur lever (entre
et Altaîr, il est aisé de repérer la cons- 2h et 3h TU). La photographie se fait
tellation du Renard, ou Petit Renard qui, simplement : à grand champ, avec un
juste sous le Cygne, forme une espèce appareil bien calé, une focale assez
de Z écrasé à l’endroit où la Voie Lactée courte (inférieure à 50 mm), un film 400
forme une fourche. Sous le Petit Renard, ou 800 ASA et un temps de pose entre 2
repérez (en vous aidant de jumelles s’il et 5 minutes.
le faut) la petite constellation de la Flè- La seconde curiosité à visiter fin sepche. C’est dans le Petit Renard et juste tembre est la Nébuleuse Hélix du Verau-dessus de la Flèche que,
seau. Cette nébuleuse planétaire
en suivant une ligne
NGC 7293 est sans aucun
descendant de Dedoute l’une des plus belneb du Cygne vers
les, mais elle est malAltaïr, vous cherheureusement difficile
cherez une splenà observer car sa faideur : M27, dite
ble magnitude, sa déaussi Nébuleuse
clinaison très basse
Dumbell.
À
sur l’horizon (-20°48')
moins de 1 000 al,
et les faibles magnituM27 est visible
des des étoiles du Veraux jumelles (7 ou
seau font que l’on a du
8x50) et se révèle
mal à la repérer. Or,
avec sa naine blanche
cette année 2003, la planète
M31
centrale à une petite lunette
Mars va nous l’offrir, en sus des
ou un petit télescope. Dans la même cadeaux qu’elle vient de nous faire : vers
région, toujours avec des jumelles, tâ- le 1er octobre à 22 h TU, prolongez tout
chez de regarder au-dessus de la Flè- simplement la ligne Polaris-Mars en
che une curieuse formation d’étoiles, descendant lentement vers le Sud… Et
M71, qui a la forme d’un cintre. Quant vous tomberez tout près d’Hélix du
au Dauphin, son museau propose une Verseau.
belle étoile double de composantes
bleue et jaune (5,5 et 4,5m) à regarder Octobre et l’arrivée de
l’automne
avec une lunette.
Fin septembre, ces constellations se En octobre, Cassiopée et Andromède
noient déjà dans le Soleil couchant, mais vont requérir l’attention. Cassiopée,
voici deux nouveaux événements. Le d’abord, dont on distingue bien alors le
54
Astrosurf Magazine - N°4 Juillet/Août 2003
Horizon sud le 1er oct
obre à 22h00 TU
octobre
grand développement en W au SudSud-Est de l’Étoile Polaire. L’étoile la
plus brillante de la constellation, Alpha
se trouve au pied du second V formant
le double V. Au centre du W, voici
gamma, une étoile variable intrinsèque
dont la magnitude varie entre 1,6m et
3m. En partant de Gamma vers la constellation de Persée (vers l’Est) recherchez aux jumelles les deux amas ouverts
jumeaux Chi et Eta Perséi à observer ensuite avec une lunette ou un petit télescope (grossissements dépassant 40 fois).
La photographie de la constellation tout
entière, qui donne un résultat très esthétique, se fait à grand champ, focale
de 50 mm, film de 1 600 ASA et un
temps de pose de 5 à 10 secondes.
Revenons à Gamma de Cassiopée : en
prolongeant la ligne joignant Polaris à
Gamma de Cassiopée vers le Sud, tâchez de repérer à l’œil nu, à peu près
symétriquement par rapport à Polaris,
une espèce de tache floue dans le ciel. Il
s’agit bien sûr de M31, la fameuse galaxie d’Andromède de magnitude 4,8,
la seule galaxie visible à l’œil nu depuis
l’hémisphère Nord. En raison de sa
grande taille, son observation se fait
avec des jumelles, mais il faut néanmoins une lunette ou un télescope (grossissements de 40 à 50 fois) pour regarder ses deux petites galaxies satellites
M32 et NGC 205.
Les planètes de septembre et
octobre 2003
Visible à l’aube depuis la fin juillet 2003,
Saturne dans les Gémeaux est de mieux
en mieux observable en seconde partie
de nuit (00h TU) et propose un beau
rapprochement avec la Lune le 20 septembre (3h TU) puis une seconde opposition avec la Lune, très haute dans
le ciel le 17 octobre. Bien que ses anneaux aient commencé de se refermer
depuis mai 2002, ils sont encore très
ouverts et nous pourrons les observer
jusqu’à la prochaine conjonction, début
juin 2004. Jupiter revient également, à
l’aube tout d’abord (dans le Lion), puis
à partir de 2h TU à la mi-octobre. Mercure, qui passe en conjonction inférieure
le 11 septembre, sera bien visible le
matin entre le 20 et le 30 septembre,
donnant un beau spectacle avec la Lune
et Jupiter à l’aube du 24 septembre. Conjonction supérieure de Mercure, le 25 oc-
Astrosurf Magazine - N°4 Juillet/Août 2003
55
Carte réalisée avec le logiciel Winstar 1.0
tobre. Quant à Vénus, elle nous revient
le soir en octobre, mais est encore bien
lointaine.
Enfin Mars, toujours dans le Verseau,
passe fort près d’Uranus (tâcher de voir
son disque vert avec une lunette) début
octobre et se propose encore sous 20'’
d’arc pour ne descendre en dessous des
15'’ d’arc qu’à la fin octobre. À noter
pour les amateurs qui n’ont jamais encore su repérer le minuscule disque bleu
de Neptune que cet automne 2003 offre
une chance à tenter : aux alentours du
1er octobre, essayez au télescope ou avec
la lunette de suivre une ligne droite et
horizontale menant de Mars à Uranus
(disque vert, diamètre apparent 3,5'’),
et prolongez lentement… Jusqu’à Neptune dans le Capricorne. Il faudra bien
sûr tâtonner autour de cette ligne imaginaire, mais quelques essais devraient
suffire pour, enfin, apercevoir cette huitième planète du système solaire située
tout de même à 4,5 milliards de kilomètres (diamètre apparent 2,5'’).
Erick Seinandre
Photos Cyril Cavadore
56
Astrosurf Magazine - N°4 Juillet/Août 2003
Occultations rasantes
Jean Schwaenen
La carte ci-contre et le tableau ci-dessous
donnent les informations concernant les
prochaines occultations rasantes.
Les données correspondent à la
longitude 2° Est. Seules les occultations
concernant des étoiles de magnitues
inférieures à 7,0 ont été représentées
(cela correspond à des occultations
pouvant être observées avec un
instrument dont l'ouverture est inférieure
à 20 cm).
Les prédictions complètes et précises, ou
de plus amples renseignements sur l’un ou l’autre
de ces phénomènes peuvent être obtenus auprès
de l'auteur :
Jean Schwaenen
Allée D, 5 - B6001 Marcinelle (Belgique)
Fax : (32) 71.434.040
Email : [email protected]
Ci-dessus, car
asant
es.
cartte des occultations rrasant
asantes.
Une ligne continue signif
ie que l’occultation a lieu au limbe
signifie
nor
d de la LLune
une (elle es
otale au sud de la ligne).
nord
estt tto
Une ligne discontinue signif
ie que l’occultation a lieu au limbe
signifie
otale au nor
d de la ligne).
sud de la LLune
une (elle es
nord
estt tto
Le numéro de l’ét
oile suivi d’as
térisques indique une ét
oile multiple : un as
térisque pour une ét
oile double, deux as
térisques
l’étoile
d’astérisques
étoile
astérisque
étoile
astérisques
oile triple. Un C.A
ie que l’occultation a lieu au bor
d éclairé de la LLune.
une.
bord
étoile
C.A.. négatif signif
signifie
pour une ét
○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○
Occultations d'étoiles par des astéroïdes
Jean Schwaenen
∆m es
e de magnitude dur
ant l'occultation
estt la chut
chute
durant
Astrosurf Magazine - N°4 Juillet/Août 2003
57
Actualité cométaire
Eric Tinlot
C/2001 HT50 (LINEAR-NEAT)
Après son passage au périhélie en juin
la comète réapparaît dans le ciel du
matin en septembre puis est visible la
majeure partie de la nuit en octobre.
Durant ces deux mois, elle traverse la
constellation du Taureau et
notamment les Hyades dans les
premiers jour d’octobre.
Ci-contre, le tableau des éphémérides de
C/200
1 HT50
C/2001
Car
p de C/200
1 HT50 (LINEAR
-NEA
T)
Cartte de cham
champ
C/2001
(LINEAR-NEA
-NEAT)
C/2002 T7 (LINEAR)
Cette comète bénéficie des même
conditions de visibilité que C/2001
HT50 (LINEAR-NEAT). Dans le ciel
du matin en septembre, elle est visible
toute la deuxième partie de nuit en
octobre. Facilement repérable, elle
traverse la constellation du Cocher
durant ce bimestre.
Ci-contre, le tableau des éphémérides de
C/2002 T7
58
Astrosurf Magazine - N°4 Juillet/Août 2003
Car
p de C/2002 T7 (LINEAR)
Cartte de cham
champ
2P/Encke
Cette comète est celle ayant la plus
courte période (3,3 ans) connue a ce
jour. Elle sera observable en milieu de
nuit en octobre à une magnitude aux
alentours de 12. Elle traverse
successivement les constellation du
Triangle et d’Andromède, avec une
approche serrée à M31, les 26 et 27
octobre.
2P/Enck
e
2P/Encke
Ci-dessous, agr
andissement de la car
agrandissement
cartte
de cham
p correspondant à l'approche de
champ
M3
1 . Ci-contre, le tableau des
M31
éphémérides
Astrosurf Magazine - N°4 Juillet/Août 2003
59
Jupiter et ses satellites
Jean Schwaenen
○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○
Cartographie martienne
Marc Rieugnié
Quelle est la face visible de Mars ?
Mode d’emploi :
- repérer l’heure sur l’échelle verticale (en Temps Universel)
- tirer une ligne horizontale jusqu’à la droite oblique
qui correspond au jour
- de là, tirer une ligne verticale pour aller sur la carte
La ligne verticale donne le méridien central à l’heure d’observation. Comme Mars est une sphère, vous pouvez voir
environ 60° de part et d’autre.
Exemple : le 25 aout à 23h30 TU (1h30 légale), le méridien
central est à 340°, on peut voir la zone entre 280° et 40° de
longitude, soit Sinus Sabaeus, Mare Erythraeum, Mare
Acidalium. Syrtis Major est sur le point de disparaître.
Mars tourne vers nous son pôle Sud pendant la période
de l’opposition. On voit donc plus du coté Sud que du
coté Nord (carte Nord en bas).
Marc Rieugnié
60
Astrosurf Magazine - N°4 Juillet/Août 2003
Les quatre satellites galiléens de Jupiter, dont les orbites
sont quasi équatoriales et coplanaires, présentent des phénomènes impliquant également la planète. Ces phénomènes sont ainsi désignés :
- E.C. (Eclipse Commencement) : entrée dans le cône
d'ombre de Jupiter
- E.F. (Eclipse Fin) : sortie du cône d'ombre de Jupiter
- IM (Immersion) : début d'une éclipse du satellite par
le disque de Jupiter
- EM (Emersion) : fin d'une éclipse du satellite par le
disque de Jupiter
Astrosurf Magazine - N°4 Juillet/Août 2003
- O.C. (Ombre Commencement) : début du passage de
l'ombre du satellite sur le disque de Jupiter
- O.F. (Ombre Fin) : fin du passage de l'ombre du satellite sur le disque de Jupiter
- P.C. (Passage Commencement) : début du passage du
disque du satellite devant le disque de Jupiter
- P.F. (Passage Fin) : fin du passage du disque du satellite devant le disque de Jupiter
Les satellites sont ainsi désignés :
61
I = Io - II = Europe - III = Ganymède - IV = Callisto
Ephémérides du système solaire
Lune et Soleil
Lever, coucher, position des planètes
Lune : libration et phases
Données calculées pour la ville de Paris à 0:00 TU
Sources : IMCCE, Jean Schwaenen et logiciel Winastro
62
Astrosurf Magazine - N°4 Juillet/Août 2003
Astrosurf Magazine - N°4 Juillet/Août 2003
63
Astrosurf Magazine - N°4 Juillet/Août 2003
`